La mortalité infantile continue à faire des ravages en Angola

Selon une étude récente menée par les autorités angolaises, la mortalité des enfants de moins de cinq ans a chuté depuis 2002 de 250 à 195 décès pour mille naissances et pendant le même période la mortalité maternelle a diminué de 1.400 à 660 pour 100.000 naissances, a précisé jeudi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance par un communiqué de presse. Cependant, la « situation reste inacceptable », estime l’agence onusienne.

le Produit intérieur brut d’un pays à revenu moyen

« L’accès au niveau national d’une assistance médicale pour l’accouchement est décisif pour réduire la mortalité maternelle et infantile », a déclaré le Représentant de l’UNICEF en Angola, Koen Vanormelingen.

Malgré cette amélioration significative, les chiffres du pays sont ceux des pays les plus pauvres alors que le Produit intérieur brut (PIB) est celui d’un pays à revenu moyen.

« De plus les disparités dans l’accès aux services de santé touchent les familles les plus pauvres et celles qui vivent dans les zones rurales à risque », a ajouté Koen Vanormelingen.

Le gouvernement angolais a lancé récemment une campagne de réduction de la mortalité maternelle et infantile. La campagne se concentre sur le renforcement des systèmes de santé au niveau municipal et sur la sensibilisation des populations aux bonnes pratiques liées à la santé des enfants.

L’UNICEF salue le lancement de cette campagne et appelle le gouvernement à augmenter le budget national destiné à la santé de 6,4% à 15% afin de garantir une amélioration de la santé pour les enfants et les femmes en Angola.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.