17 millions de sinistrés au Pakistan

Le dernier bilan des inondations aux Pakistan fait état de 17,2 millions de personnes affectées, dont 8 millions ont besoin en urgence d’aide humanitaire, a indiqué jeudi le Secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires humanitaires, John Holmes.

une deuxième vague de décès, beaucoup plus grave

« Les inondations qui se poursuivent au Pakistan touchent désormais au moins 160.000 kilomètres carrés de terres – plus que la superficie de l’Angleterre et l’aide de l’ONU et de ses agences aux sinistrés monte en puissance », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse au siège des Nations Unies à New York.

Les pluies torrentielles qui s’abattent sur le Pakistan depuis la fin juillet continuent de faire des ravages dans tous le pays. 1,2 million de maisons ont été partiellement ou totalement détruites, portant à au moins 4,8 millions le nombre de personne sans abris. 3,4 millions de têtes de bétail ont également été perdues. Les chiffres donnés jeudi matin par John Holmes résument l’ampleur des opérations de secours et d’assistance dans lesquelles l’ONU et ses agences sont engagées.

Le Secrétaire général adjoint pour les affaires humanitaires a toutefois indiqué que près de 2 millions de personnes recevaient désormais de l’aide alimentaire, 2,5 millions de personnes avaient accès à de l’eau propre et 115.000 tentes avaient déjà été distribuées aux populations déplacées, regroupées dans environ 2.000 camps de fortunes.

John Holmes a par ailleurs réitéré les mises en garde des agences sur le terrain, notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui s’inquiètent maintenant d’une deuxième vague de décès, beaucoup plus grave, en raison de l’apparition et de la propagation à grande vitesse de maladies hydriques, causées par la stagnation de l’;eau contaminée de surcroît par les déchets charriés.

John Holmes a également insisté sur l’importance de maintenir une veille sanitaire pour surveiller l’apparition de maladies comme le paludisme, l’hépatite, les diarrhées ou la galle, pour intervenir avant leur propagation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.