La crise, une opportunité pour l’Afrique ?

afriqueA l’occasion d’un débat organisé par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) sur « la crise financière, les politiques macroéconomique et les défis du développement en Afrique », le Secrétaire général de ce programme de l’ONU, Supachai Panitchpakdi, a estimé que la crise économique internationale devait inciter les pays d’Afrique à étendre leurs capacités industrielles, améliorer leurs infrastructures et renforcer leurs liens avec leurs voisins et les pays en développement d’autres continents.

un environnement favorable aux affaires

« Ensemble, avec les mécanismes de l’économie de marché libérale, nous avons besoin de construire des Etats avec des institutions fortes, capables de créer un environnement favorable aux affaires et à la croissance économique pour ancrer la reprise.
C’est ce qui aidera l’Afrique à devenir résistante aux crises qui pourraient resurgir dans l’avenir », a-t-il déclaré, au siège de la CNUCED, au Palais des Nations, à Genève.

« Les gouvernements doivent montrer le chemin pour créer de telles conditions, en soutenant l’industrialisation, la création d’emplois, l’augmentation des revenus et celle de la demande de biens manufacturés plus sophistiqués », a-t-il ajouté.

des taux de croissance de 6%

Rappelant que les économies africaines avaient connu des taux de croissance de 6% en moyenne de 2003 à 2008 avant de tomber à 1,2% en 2009, Supachai Panitchpakdi a souligné que le commerce et les échanges entre les pays d’Afrique et d’autres pays en développement s’étaient en revanche plutôt bien maintenus.

Le rapport 2010 de la Commission économique pour l’Afrique de l’ONU publié en mai dernier, fait également le constat que la crise internationale offre aux pays d’Afrique des opportunités de construire les fondations d’un développement économique durable pourvoyeur d’emplois pour les populations.

« La récession devrait provoquer le réveil de l’Afrique, pour que le continent s’attaque à ses faiblesses et engage les réformes de fond nécessaires à la croissance économique, et plus encore à la création d’emplois, afin de promouvoir le développement humain et social de toute la région », avait déclaré lors de la sortie du rapport, le Directeur des politiques de développement au sein de du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU, Rob Vos.

Le document recommande en effet aussi aux pays africains des investissements dans les infrastructures et le capital humain, le renouvellement des efforts pour mobiliser les ressources domestiques, des réformes des marchés intérieurs, des mesures incitatives pour le secteur privé et des engagements forts en faveur de l’amélioration de la productivité et de l’augmentation des revenus dans les secteurs informels des économies africaines.

Créée par l’ONU en 1964, après l’appel de 75 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique, la CNUCED cherche à affirmer la cohésion des pays du Sud autour d’une revendication majeure : des échanges commerciaux rééquilibrés, ce qui suppose l’accès des pays du Sud aux marchés du Nord et l’amélioration des termes de change.

photo © Steve – Fotolia.com – Toulouse7.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.