Haïti : recrutement de magistrats

Le concours d’admission pour le recrutement de la première promotion de magistrats de l’Ecole de la Magistrature (EMA) depuis sa réouverture officielle en mars 2009 a été organisé les 1er et 2 juillet, une initiative qui constitue un nouveau pas vers l’amélioration de la justice en Haïti.

capacité d’écoute, de conciliation, d’autorité ou d’humilité

Ils étaient 134 candidats, 74 dans la capitale Port-au-Prince et 60 en région, à participer à ce premier concours. Des 134 candidats, 20 seulement seront retenus et suivront la formation, explique la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

L’objectif de ce concours est de former, durant 16 mois, de nouveaux magistrats. Ceux-ci apprendront les différentes techniques judiciaires telles que la préparation et la conduite d’audiences ou d’entretiens judiciaires, l’analyse et la synthèse de situations ou de dossiers.

Ils seront également dotés de compétences managériales telles l’organisation des tribunaux et la gestion du personnel. La formation visera aussi à développer leur capacité d’écoute, de conciliation, d’autorité ou d’humilité, nécessaires dans l’exercice de leurs fonctions.

« La magistrature est un métier de décision qui nécessite à la fois des qualités humaines, techniques et juridiques », précise le directeur de l’EMA, Lionel Bourgoin. « A l’EMA, qui est une école de métier, les futurs magistrats apprendront notamment des notions d’éthique et de déontologie pour adopter des comportements qui feront d’eux des magistrats intègres et professionnels », poursuit le directeur.

Pour participer au concours, les candidats doivent être de nationalité haïtienne, détenir une licence en droit et avoir entre 25 et 50 ans. Ils doivent suivre deux types d’épreuves – examens écrits puis examens oraux- au terme desquelles seront proclamés les résultats, au mois d’août.

Créée en 1987, l’EMA avait déjà formé près de 129 magistrats répartis en trois promotions. Aucun curriculum ne règlementait toutefois cette formation qui s’apprenait en quelques mois. En outre, l’Ecole fonctionnait de fait, sans loi la régissant.

Ce concours est le premier concours national sous l’égide de la loi de 2007 relative à l’Ecole de la Magistrature. Il entre dans le cadre des efforts nationaux et internationaux visant à améliorer la justice en Haïti.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.