la lutter contre les discriminations objectif des femmes pakistanaises

Benazir_BhuttoAvec l’aide du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), des femmes parlementaires pakistanaises, appartenant à différents partis politiques, se sont unies pour faire avancer la législation sur l’égalité des sexes et amender les lois et pratiques discriminatoires.

elles représentent 19% et 20% des parlementaires

Comparé à d’autres pays d’Asie du Sud, le Pakistan est l’un des états où le taux de représentation des femmes au parlement est parmi les plus élevés. Dans les Chambres haute et basse, elles représentent 19% et 20% des parlementaires. Malgré cette forte présence, les Pakistanaises continuent de rencontrer des difficultés pour accéder à des postes à responsabilité aux niveaux local, provincial ou national. Elles sont souvent exclues du processus politique et des sphères économiques et sociales. Cette situation a un impact direct et négatif sur la place qu’occupent les femmes dans la société, sur leur éducation, leur santé et celles de leurs enfants.

Pour corriger cette situation, le PNUD a appuyé en 2006 la création du Groupe des femmes parlementaires pakistanaises. Il rassemble aujourd’hui 93 femmes, issues des cinq grands partis politiques du pays, qui travaillent ensemble pour faire passer une législation renforçant l’égalité des sexes et la parité homme-femme et faire amender les lois et les pratiques discriminatoires à l’encontre des femmes.

« Auparavant, chaque fois que des femmes voulaient évoquer des questions d’intérêt mutuel, les partis ou dirigeants de partis arrivaient toujours à imposer leurs propres priorités politiques, qui vont généralement à l’encontre de l’agenda plus large de l’égalité des sexes », explique la Secrétaire générale du groupe parlementaire, Nafisa Shah.

la violence domestique et le harcèlement sexuel

Depuis sa création, le groupe a ainsi fait circuler deux importants projets de loi dans les deux Chambres, sur la violence domestique et sur le harcèlement sexuel. Il débat maintenant de la mise en oeuvre de ces lois et élabore des mécanismes pour en garantir la bonne application.

« Un plafond de verre qui empêche les femmes de faire carrière en politique est en train de se craqueler, même si c’est éclat après éclat », estime aujourd’hui Toshihiro Tanaka, le Directeur du PNUD au Pakistan, qui a aidé le groupe parlementaire à rédiger sa propre constitution. L’agence onusienne a également soutenu la création d’un site web interactif où les membres du groupe parlementaire peuvent communiquer à leurs électeurs les principaux développements relatifs à leur programme, en plus des actions entreprises en faveur de l’égalité des sexes.

Preuve du succès de cette initiative, la tenue en mai dernier de la première Convention nationale des femmes parlementaires, qui a examiné le rôle des femmes dans la consolidation de la paix et de la sécurité, et la résolution des conflits. Trois cent législatrices venues de toute la région (Pakistan, Inde, Bangladesh, Bhoutan, Népal et Afghanistan) se sont réunies à Islamabad pour débattre d’un agenda centré sur l’égalité des sexes.

« La manière dont ce projet a été mené, le soutien du PNUD pour faciliter cette toute première initiative du groupe parlementaire des femmes, cela fera date dans l’histoire », s’est réjouit la Présidente de l’Assemblée nationale pakistanaise, Fahmida Mirza, première femme à occuper ce poste dans l’histoire du pays.

Photo Benazir Bhutto dirigeante du Parti du peuple pakistanais de 1984 à 2007 et a été deux fois Premier ministre du Pakistan

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.