Elections en Afghanistan : la transparence “défi majeur”

afghanistanLe Représentant spécial de l’ONU pour l’Afghanistan, Staffan de Mistura, rendait compte ce mercredi au Conseil de sécurité de l’évolution de la situation dans ce pays. Si la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) va fournir une assistance technique et logistique pour les élections législatives de septembre prochain, « assurer la transparence du processus électoral représentera un défi immense », selon lui.

la question de la sécurité reste une « préoccupation permanente »

La MANUA prévoit notamment d’aider les autorités afghanes « à renforcer le leadership de la Commission électorale indépendante, favoriser la participation accrue des femmes au scrutin et placer deux représentants internationaux dans la Commission du contentieux électoral », a-t-il expliqué.

Staffan de Mistura a ensuite salué l’inscription de 400 femmes sur les listes électorales et insisté sur la nécessité de sécuriser au maximum le scrutin. Les Forces nationales de sécurité présenteront bientôt un rapport à la Commission du contentieux électoral sur les mesures de sécurité à mettre en place dans les 6.835 bureaux de vote ouverts pour le scrutin.

Selon le Représentant spécial, l’intégrité du processus dépendra « pour l’essentiel des efforts nationaux d’observation ainsi que du contrôle exercé par les acteurs de la société civile et des partis politiques eux-mêmes ».

Staffan de Mistura s’est par ailleurs félicité de la tenue de l’assemblée populaire afghane pour la paix, la ‘Jirga’, précisant « qu’il ne saurait y avoir de solution politique afghane durable sans l’intervention de ses voisins ». Il a souligné l’importance des diverses initiatives régionales pour renforcer les échanges économiques, la sécurité et la stabilité politique.

Evoquant ensuite la tenue de la prochaine Conférence internationale, à Kaboul, en juillet, il a estimé que ce serait « une étape de plus dans le processus de transition afghan », ajoutant que la question de la sécurité restait une « préoccupation permanente » en Afghanistan. « J’ai le sentiment que les Afghans vont nous indiquer la voie qu’ils comptent suivre dans les mois à venir », a-t-il conclu.

A LIRE AUSSI :

> Hervé Ghesquière, Stéphane Taponier : 6e mois de captivité

> 1 millions d’afghans accros à l’opium

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.