Affaire Woerth : tempête à l’Assemblée nationale

fillonLa première question sur l’affaire Woerth-Bettencourt a fusé vers 15h20 lors de la traditionnelle séance des questions au gouvernement et réveillé les députés de la douce torpeur de ce début d’été 2010. Dans un brouhaha sans nom et un déluge de cris, a d’abord été évoquée “l’association des amis d’Eric Woerth” association politique attributaire de dons de particuliers. Un député socialiste a demandé si cette association avait directement reçu des dons de la part de Madame Liliane Bettencourt.

Ni Eric Woerth, ni le Premier ministre François Fillon n’ont répondu à cette question. Mais c’est le ministre de l’intérieur Brice Hortefeux, récemment condamné pour propos racistes, qui est venu riposter aux interrogations de la gauche. Sans répondre directement à la question posée, le locataire de la place Beauvau est revenu à la fois sur les fonds secrets et les régles de financement de la vie politique.

Deuxième salve cette fois ci de la part du député UMP Mariani qui a lui mis sur la table l’intervention de Ségolène Royal mardi sur TF1. Interview au cours de laquelle, l’ancienne candidate à l’élection présidentielle a pointé un système Sarkozy “corrompu”.

Le porte parole du gouvernement et ministre de l’Education Luc Chatel a répondu en affirmant que Ségolène Royal s’était “disqualifiée” et était “tombée dans la république de la Calomnie”. En s’adressant aux députés de l’opposition Luc Chatel a conclu par un  “votre hargne sape les fondements de la république”.

Deuxième salve du PS à 15h30 : un député recadre le débat et demande des réponses précises aux questions des parlementaires.

Le Premier ministre prend alors la parole. François Fillon dit d’abord que les membres du gouvernement ont “respecté les lois de financement” de la vie politique, il s’est ensuite interrogé sur le rôle “de Monsieur Bergé dans le financement des campagnes du parti socialiste”.  S’agissant de la création d’une commission d’enquête, le locataire de Matignon a précisé que “Le gouvernement n’a pas à répondre, seul le Parlement en décide”.  “le PS est indigne d’un grand parti de responsabilité que vous prétendez être” a conclu un Premier ministre sous les quolibets de la gauche.

Posant une question sur le racisme et le sport, un député a tenu à préciser que le cas de Monsieur Pierre Bergé était quelque peu différent, nul élu socialiste n’ayant la charge de vérifier ses déclarations.

Plus tôt dans l’après midi, Jean Marc Ayrault avait déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale une demande de constitution de commission d’enquête. Par ailleurs et selon le site internet du Nouvel observateur, l’héritière de L’Oréal Liliane Bettecourt aurait effectivement versé 7500 euros à l’association de soutien à l’action d’Eric Woerth, une structure politique ayant pour objet de financer les campagnes du ministre dans le département de l’Oise.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.