l’affaire Bettencourt devient l’affaire Woerth

Les affaires se multiplient dans l’entourage du chef de l’État Nicolas Sarkozy : affaire des retrocommission dans les attentats de Karachi, cumul de rémunérations des ministres ou de Christine Boutin, remboursements faramineux de cigares sur les deniers publics, magouilles sur des permis de construire, etc, etc, cette seconde partie du quinquennat de Nicolas Sarkozy tend a ressembler à la fin du second septennat de François Mitterrand : miné par les affaires.

Dernières interrogations en dates, les soupçons de collusion entre le ministre Eric Woerth et la femme la plus riche de France : Liliane Bettancourt. Les faits sont complexes. L’héritière de la firme l’Oréal et femme la plus riche de France Liliane Bettancourt traverse une tempête à la hauteur de sa fortune. Sa fille souhaite en effet faire annuler un large don attribué à un proche de la part de celle que les Guignols de l’Info sur canal plus nomment désormais Mamie Zinzin. Dans cette affaire les tribunaux sont saisis. Coup de théâtre en début de semaine : le site d’information en ligne Mediapart rend public une série d’enregistrements. Ces bandes, peut être illégales, réalisées par le majordome de Liliane Bettancourt font état de faits et d’opérations qui pourraient constituer des fraudes fiscales.

Problème, l’épouse du ministre des affaires sociales et anciennement ministre du budget Eric Woerth est en charge de la gestion de la fortune de la milliardaire ! Dans le couple Woerth, le mari s’occupe des deniers publics et donc des questions fiscales, et la femme est en charge du patrimoine de Liliane Bettancourt, bienfaitrice de l’UMP, avec, désormais, soupçons de fraude fiscale ! Conflit d’intérêt ? Collusion ? Concours de circonstances ?

Dernier épisode en date : Eric Woerth, en charge de la réforme des retraites, a annoncé que son épouse allait démissionner ….

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.