3 casques bleus tués au Darfour

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki moon, a déploré l’attaque survenue lundi dans l’ouest du Darfour et qui a couté la vie à trois soldats rwandais de la Mission de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD).

27 soldats de la paix tués depuis 2008

Lundi, des éléments du Bataillon de la force de protection de la MINUAD assuraient la protection d’ingénieurs civils sur un site de la mission, à proximité du village de Nertiti, dans la région de Jebal Marra. Ils ont alors été pris pour cible par une vingtaine d’assaillants non identifiés. Après plus d’une heure de combats, les assaillants se sont finalement enfuis à bord d’un 4X4 volé.

En plus des trois soldats de la paix tués, un quatrième militaire a été grièvement blessé. Transporté dans un hôpital de la MINUAD, à Nyala, au Sud Darfour, il est toujours dans un état critique.

La dernière attaque contre des forces de la MINUAD remonte au 7 mai, quand deux soldats égyptiens avaient été tués et trois autres blessés, dans une embuscade. Depuis le déploiement de la mission, en janvier 2008, 27 soldats de la paix ont perdu la vie.

un crime de guerre

Dans un communiqué rendu public par son porte parole, Ban Ki moon a déploré lundi ces attaques et demandé au gouvernement soudanais de poursuivre ses efforts pour identifier, arrêter et déférer devant la justice leurs auteurs.

Un peu plus tôt, le Représentant spécial conjoint adjoint de l’ONU au Darfour, Mohamed Yonis, s’était lui dit « outré de cet acte lâche de violence gratuite ». Rappelant que l’attaque de soldats de la paix constituait , il a indiqué que la MINUAD ne se laisserait pas intimider et qu’elle poursuivrait « l’exécution de son mandat, consistant à assurer la paix et la sécurité des populations du Darfour ».

Depuis le mois de mai, plusieurs représentants de l’ONU au Soudan se sont inquiétés d’un regain de violence au Darfour, notamment de la reprise des combats entre forces gouvernementales et groupes rebelles, en dépit du cessez le feu intervenu dans le cadre des pourparlers de paix de Doha, du nom de la capitale du Qatar où ils se déroulent depuis 2009.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.