Quand le général Bigeard commandait à Toulouse

Les “ptits gars” sont en deuil ! Et comble de l’histoire, figure controversée du XXe siècle, le général Bigeard a tiré sa révérence un 18 juin, jour de commémoration de l’appel d’un autre général : de Gaulle. Bigeard ou l’histoire de France du XXe siècle : deuxième guerre mondiale, Dien Bien Phu, guerre d’Algérie. Bigeard avait nommé général alors qu’il résidait Palais Niel à Toulouse d’où il dirigeait la prestigieuse 20e brigade parachutiste.

Né en 1916 à Toul Marcel Bigeard a la particularité d’avoir été appelé sous les drapeaux comme 2e classe en 1936 à Haguenau et d’avoir terminé sa carrière militaire en 1976 avec le grade de général de corps d’armée. Il est de plus considéré comme une des personnalités militaires les plus décorées de France. Ancien résistant, son nom reste associé aux guerres de décolonisation.

Durant la 2e guerre mondiale, volontaire pour les corps francs, il prend la tête d’un groupe de combat à Trimbach en Alsace et devient rapidement sergent chef puis adjudant à l’age de 24 ans. Fait prisonnier il passe 18 mois en captivité avant de s’évader avant de rejoindre les services spéciaux de la résistance.

Après la guerre, Marcel Bigeard désormais officier réalise plusieurs opérations spéciales en Indochine. Parachuté en pleine bataille sur Dien Bien Phu le 16 mars 1954, Bigeard est nommé lieutenant-colonel lors des combats et devient l’un des héros de la cuvette en combattant avec son bataillon sur les points d’appuis Eliane 1 et 2, mais surtout en co-dirigeant les troupes d’intervention du camp retranché avec le colonel Langlais.

Par la suite, il participe à la guerre d’Algérie où il est plusieurs fois blessé. Son régiment participe au sein de la 10e DP du général Massu à la bataille d’Alger. Il sera accusé plus tard d’avoir pratiqué la torture pendant cette guerre d’Algérie par d’anciens membres du FLN mais aussi par d’anciens combattants qui ont fait la guerre à ses côtés.

Après un bref passage à l’école supérieure de guerre de juin 1963 à juin 1964, il prend le commandement de la 25e brigade parachutiste à Pau le 31 août 1964, puis celui de la 20e brigade parachutiste à Toulouse. Il accède au grade de général de brigade en juillet 1966. Il obtiendra ensuite 2 autres étoiles symbolisant le grade de général de corps d’armée.

Convoqué par l’Élysée, il rencontre le 30 janvier 1975 le président Valéry Giscard d’Estaing qui lui propose le poste de secrétaire d’État à la Défense rattaché au ministre Yvon Bourges. Il occupe ce poste de février 1975 à août 1976, date à laquelle il remet sa démission. Elu député, Bigeard rédige plusieurs ouvrages.

Le général Marcel Bigeard est décédé ce 18 juin 2010 à l’âge de 96 ans.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.