Décès de la resistante Simone Lambert

femmes dans la resistance toulouse mai 2010Au nom du conseil municipal et de la ville de Toulouse, Pierre Cohen a salué “avec beaucoup d’émotion la disparition, dans la nuit de dimanche à lundi, de Simone Lambert, à l’âge de 87 ans. Femme de courage et de conviction, Simone Lambert a mené une vie de combats puis une vie politique intenses” a ainsi souligné le maire socialiste de Toulouse.

En 1942 encore jeune fille, Simone Lambert  fait passer des informations à la Résistance depuis le poste stratégique qu’elle occupait à la Préfecture. Puis elle  rejoint le groupe Morhange, suivant ainsi le colonel Paul Paillole.

Par la suite elle intègre les services spéciaux de la Défense nationale est envoyée en occupation en Autriche. Espionne au service de la République.

Revenue à Toulouse après la libération, elle épouse le directeur de préfecture et compagnon de la libération, Paul Lambert.

Alors maire de Toulouse, Pierre Baudis appelle Simone Lambert à ses côtés. Elle poursuivit son action politique dans de nombreuses équipes municipales. Elle est d’abord , conseillère municipale de Toulouse suppléante de 1977 à 1983, puis jusqu’en 2008, en charge des seniors.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.