la France propose l’idée d’un tourisme mondial écologiquement durable

A l’initiative de la France, un partenariat global pour rendre le tourisme mondial socialement, économiquement et écologiquement durable a été présenté mercredi 12 mai à la Commission du développement durable réunie actuellement au siège de l’ONU, à New York.

un secteur particulièrement créateur d’emplois

« Ce partenariat met la barre très haute, l’objectif est de transformer la manière dont le tourisme est organisé dans le monde en lançant des politiques, des projets et des investissements qui intègrent les exigences du développement durable », a indiqué le Directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement, Achim Steiner. « Le tourisme mal géré peut avoir un impact négatif profond, causé des dommages et même détruire les attractions naturelles et culturelles que les touristes viennent initialement découvrir, tout en aggravant les défis auxquels certaines régions sont confrontées, comme le réchauffement climatique ou les pénuries d’eau ».

Rappelant ensuite que le tourisme est un secteur particulièrement créateur d’emplois, qu’il représente 5% du Produit intérieur brut (PIB) mondial et 10% des investissements globaux, Achim Steiner a mis en avant le rôle clés que ce nouveau partenariat peut jouer pour aider certains pays à développer un tourisme vert, plus écologique, moins polluant, conforme aux exigences du 21ème siècle. Il est notamment destiné à identifier des initiatives qui ont fait leur preuve dans un pays, une région ou une ville pour les développer ailleurs dans le monde. Il vise aussi à créer de nouveaux outils, projets et réseaux pour développer ou transformer des activités ou des lieux touristiques en les rendant viables à long terme pour l’environnement.

Imaginé à partir des travaux de l’Equipe spéciale sur le développement durable -un programme des Nations unies de trois ans mené par la France- le partenariat se concentrera en particulier sur le changement climatique, l’environnement et la biodiversité, la diminution de la pauvreté, le patrimoine culturel et naturel, les pratiques des opérateurs privés, le financement et les investissements.

Ce Partenariat global pour un tourisme durable, qui rassemblera des gouvernements, des industries touristiques, des associations environnementales ou sociales et des agences de l’ONU, est destiné à avoir une dimension mondiale. Il sera géré par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), hébergé par sa division technologique du PNUE basée à Paris. Il doit être voté lors de la réunion annuelle du PNUE qui se tiendra cette année au Costa Rica.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.