En Haïti des troubles politiques malgré l’urgence

Un groupe de travail composé notamment de représentants du gouvernement haïtien et des Nations Unies s’est réuni cette semaine pour la première fois à Port-au-Prince pour préparer les futures élections en Haïti prévues en novembre, alors que le pays se relève peu à peu du séisme dévastateur du 12 janvier.

la mise à jour des listes électorales

Ce groupe de travail qui réunissait également des représentants de la Communauté des Caraïbes, de l’Organisation des Etats américains, de l’Union Européenne, du Brésil, du Canada et des Etats-Unis a discuté de la coordination de l’aide internationale pour l’organisation de ces élections, a indiqué la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) dans un communiqué.

Co-présidée par le Président haïtien, René Préval, et le Représentant spécial des Nations unies, Edmond Mulet, la réunion a permis de soulever les problèmes qui se poseront lors des différentes étapes du processus électoral. Premières priorités, l’enregistrement des électeurs et la mise à jour des listes électorales, qui doivent commencer rapidement.

Selon la presse, en marge de cette réunion, le Sénat haïtien a adopté un projet de loi qui permet au Président René Préval de prolonger son mandat. Ce vote a suscité de vives réactions d’opposants qui ont manifesté dans les rues de la capitale, avant de se heurter aux forces de l’ordre haïtiennes. La MINUSTAH a confirmé ces heurts, ainsi que l’usage de gaz lacrymogènes par la police haïtienne, en précisant que des casques bleus avaient été déployés pour calmer les manifestants et garder le contrôle de la foule, mais n’étaient pas intervenu directement, a indiqué mardi le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU.

300.000 familles vulnérables

De son côté, la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, a entamé mardi une visite de deux jours dans le pays. Elle a rendu visite à des familles qui bénéficient de l’aide alimentaire du PAM. Elle s’est aussi rendue dans une école publique pour assister à une distribution de nourriture à des dizaines d’enfants qui ont retrouvé le chemin de l’école après la tragédie du 12 janvier.

Après les premiers mois d’urgence au cours desquels le PAM a distribué une aide alimentaire à plus de deux millions d’Haïtiens, l’agence onusienne a lancé plusieurs campagnes ciblées à l’intention des enfants et des femmes. Aujourd’hui, 72.000 repas sont distribués quotidiennement aux enfants de 5 à 16 ans dans 148 écoles de Port-au-Prince. Cette campagne, qui va être étendue au reste du pays, a l’avantage d’inciter aussi les enfants à revenir dans les établissements publics quand les parents hésitent, par crainte d’un nouveau séisme.

Le PAM distribue également des compléments alimentaires comme le « Supplementary Plumpy » -une pâte à base d’arachide très nutritive- dont profitent 16.000 femmes et 53.000 enfants de moins de 4 ans. L’aide du PAM s’articule enfin autour de distribution de rations alimentaires équilibrées. Des paniers repas composés de riz, d’huile, de haricots, de maïs et de soja distribués à près de 300.000 familles vulnérables, en coopération avec les autorités haïtiennes et des ONG.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.