Inquiétudes sur le travail des enfants dans la pêche et l’agriculture

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’inquiète du travail des enfants dans la pêche, alors que ce secteur est une des activités professionnelles les plus dangereuses au monde.

entreprises familiales et artisanales

“A l’échelle mondiale, 132 millions de filles et de garçons âgés de 5 à 14 ans travaillent dans l’agriculture; ce chiffre comprend également le secteur des pêches et de l’aquaculture”, indique Rolf Willmann du Département des pêches et de l’aquaculture de la FAO. “Mais comme le travail des enfants dans les pêches est morcelé entre les entreprises artisanales et familiales – ou est habilement dissimulé par les employeurs – il est difficile d’obtenir des données objectives sur l’ampleur véritable du problème, ce qui complique la tâche de nombreux responsables politiques”, souligne-t-il.

Parmi les opérations employant des enfants figurent la pêche active, la préparation des repas en mer, la plongée pour capturer les poissons des récifs ou libérer des filets restés accrochés, le rassemblement du poisson dans les filets, l’épluchage des crevettes ou le nettoyage des poissons et des crabes, la réparation des filets, le tri, le débarquement, le transport des prises, la transformation et la vente.

Souvent, le risque pour les enfants va au-delà des dommages corporels. “Le travail des enfants perpétue fréquemment le cercle vicieux de la pauvreté, a un impact négatif sur les taux d’alphabétisation et la scolarisation et entrave le développement mental et physique des enfants”, selon M. Willmann.

La plupart des experts conviennent que le travail des enfants dans les pêches est un problème diffus. Mais les données manquent et les statistiques regroupent souvent les pêches, la foresterie, l’agriculture et l’élevage. Tous ces secteurs confondus affichent le pourcentage le plus élevé d’enfants travailleurs, soit 70% du total mondial.

Le travail des enfants dans les pêches existe dans toutes les régions du monde, même si c’est en Afrique et en Asie qu’il est le plus problématique.
Dans un pays d’Afrique subsaharienne, on a constaté que les enfants de moins de 15 ans constituaient un tiers de la main-d’oeuvre dans les pêches de capture, la construction et la réparation des bateaux, la transformation et le commerce du poisson.

“Une chose est claire: il n’y a pas de remède miracle”, souligne Bernd Seiffert du Département économique et social de la FAO. “Le travail des enfants est un problème complexe qui requiert des réponses multisectorielles bien coordonnées”.

Selon les experts, des mesures pourraient être prises au niveau international, national et local, notamment des actions juridiques et coercitives sur divers fronts, tels que l’éducation, le développement et le soutien des moyens d’existence, et l’amélioration de la collecte de données pour combler les lacunes d’information.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.