en Haïti les réfugiés menacés par les inondations

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a aidé à réinstaller dans des zones plus sûres plus de 7.300 déplacés, victimes du tremblement de terre dévastateur du 12 janvier.

Les déplacés se trouvaient dans des zones dangereuses au club de golf de Petionville, à Port-au-Prince, et dans la Vallée de Bourdon, a précisé Jean-Philippe Chauzy de l’Organisation internationale des migrations (OIM).

« La réinstallation vers de nouveaux sites continue d’être une option en dernier ressort pour les populations d’Haïti déplacées et qui vivent dans des zones menacées par les risques d’inondations, de coulées de boue ou d’autres risques », a dit M. Chauzy lors d’un point de presse à Genève.

Plus de 4.900 personnes ont choisi de quitter le club de golf pour un nouveau site à Corail Cesselesse, a-t-il ajouté. En outre, près de 2.400 personnes ont déménagé de la Vallée de Bourdon vers un nouveau site à Tabarre Issa.

M. Chauzy a souligné que l’OIM est ses partenaires étaient en train d’identifier de nouveaux sites prioritaires dans la perspective d’éventuelles réinstallations et évaluaient les besoins en termes d’;infrastructures sur les sites existants.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.