Le Népal sous haute tension

Le représentant du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) au Népal, Richard Bennett, a une nouvelle fois appelé au calme face à la multiplication des violences et des intimidations dans le pays depuis le lancement d’une grève générale dimanche, à l’initiative du parti communiste unifié Népal-Maoïste (PCUN-M).

situation tendue à Katmandou

« J’appelle toutes les parties à faire preuve de retenue », a déclaré M. Bennett, alors que les 21 équipes d’observateurs de l’ONU déployées sur le terrain ont constaté un regain de violence dans plusieurs régions, où des armes blanches telles que des bâtons ou des barres de fer ont été utilisées par des grévistes ou des populations locales opposées à la grève. Dans trois districts au moins, un couvre feu a été instauré pour ramener le calme et éviter une aggravation des tensions.

Richard Bennett a par ailleurs indiqué que dans le sud du pays, dans la localité de Birgunj, au moins 50 personnes ont été blessées jeudi dans des affrontements entre les grévistes et la police qui a fait, selon lui, « un usage excessif de la force ». « Je souhaiterais souligner le rôle positif que peuvent jouer les forces de l’ordre pour atténuer les tensions et éviter les confrontations », a-t-il rappelé, avant de saluer « le professionnalisme des forces de l’ordre dans la capitale Katmandou », où la situation restait néanmoins tendue.

Le représentant du HCDH a également fait part de son inquiétude quant à la participation d’enfants à la grève générale et aux manifestations. Il a appelé les parties à s’assurer qu’aucun mineur « ne soit utilisé à des fins politiques ».

Mercredi, devant le Conseil de sécurité, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU au Népal, Karin Landgren, avait estimé que l’ensemble du processus de paix lancé en 2006 était à un moment critique et délicat. En cause, les désaccords qui persistent entre le gouvernement et l’opposition maoïste, sur la formation d’un nouveau gouvernement d’unité nationale et sur les modalités d’intégration et de réhabilitation des soldats maoïstes.

Selon la presse, la grève générale lancée par les Maoïstes aurait été suspendue vendredi soir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.