le Honduras veut tourner la page du coup d’Etat de 2009

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a salué l’inauguration mardi à Tegucigalpa, au Honduras, de la Commission vérité et réconciliation sur le coup d’Etat qui a renversé l’an dernier le Président Manuel Zelaya, souhaitant qu’elle contribue à refermer les blessures du passé.

« Le Honduras a traversé une période difficile de son histoire et le processus de guérison nationale doit commencer. Je suis réconforté par le fait que les Honduriens font aujourd’hui le premier pas vers la réconciliation », a ajouté M. Ban, dans un message lu par la Résidente coordonnatrice de l’ONU, Rebeca Arias.

Selon lui, les membres de la Commission ont « une grave responsabilité devant eux, mais celle-ci est seulement une petite partie de l’effort nécessaire pour guérir la nation hondurienne ».

Il a encouragé toutes les personnes ayant des responsabilités au Honduras à faire également des efforts pour renforcer les institutions démocratiques, promouvoir le respect des droits de l’homme, et fournir des opportunités économiques et sociales à tous les Honduriens. « Dire la vérité est nécessaire mais ce n’est pas une base suffisante pour la réconciliation », a dit le Secrétaire général.

La Commission vérité et réconciliation va enquêter sur le coup d’Etat qui a renversé le 28 juin 2009 le Président Manuel Zelaya, à qui ses détracteurs reprochaient de vouloir modifier la Constitution. Les partisans de M. Zelaya considèrent que cette commission est une farce.

Les élections présidentielles organisées en novembre ont été remportées par Porfirio Lobo, qui a pris ses fonctions en janvier.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.