Nucléaire militaire : ouverture du sommet

A l’occasion de l’ouverture lundi au siège de l’ONU à New York de la Conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) qui doit réunir plus de 100 pays, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a appelé les Etats parties à s’engager pleinement sur la voie du désarmement et de la non-prolifération nucléaire.

Barack Obama et Dmitri Medvedev

« Les espoirs et les attentes sont grandes. La population du monde entier nous observe », a dit M. Ban en exhortant les Etats à « construire un monde plus sûr ».

« Le désarmement et la non-prolifération sont une de mes principales priorités. Nous savons tous que c’est possible. Mais honnêtement, cet ordre du jour a été abandonné depuis trop longtemps. C’est pourquoi je sonne l’alarme de la menace des armes nucléaires », a déclaré Ban Ki-moon. « J’ai élaboré un plan d’action concret, convaincu que notre moment est maintenant », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a salué les récentes initiatives en faveur du désarmement et de la non prolifération nucléaire notamment le nouvel accord START signé entre les Présidents Barack Obama des Etats-Unis et Dmitri Medvedev de la Fédération de Russie qui vise à réduire les arsenaux nucléaires des deux pays.

Le Secrétaire général des Nations Unies a présenté les principaux axes de son plan d’action et les engagements majeurs qu’il souhaite voir se concrétiser pendant la Conférence.

Il a exhorté les Etats qui détiennent des armes nucléaires à réaffirmer « l’engagement sans équivoque » d’éliminer les armes nucléaires. « Echouer à le faire serait un retour en arrière. Il est temps de traduire ces engagements en actes », a-t-il dit.
M. Ban a appelé les Etats qui ne sont pas parties au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) à le ratifier au plus vite. Puis, il a souligné l’importance de renforcer le dispositif de normes internationales afin de compléter le TNP.

le dossier iranien

La Convention sur le terrorisme nucléaire, la Conférence du désarmement et le rôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) doivent être renforcées, a-t-il estimé. Selon lui, « les zones exemptes d’armes nucléaires sont une contribution significative pour le désarmement et la non-prolifération ». Il a plaidé pour la création de telles zones dans le monde entier notamment au Moyen-Orient.

« J’appelle l’Iran à pleinement respecter les résolutions du Conseil de Sécurité et à pleinement coopérer avec l’AIEA », a indiqué M. Ban. « Et j’encourage le Président d’Iran à s’engager de manière constructive. Soyons clair : la responsabilité repose sur l’Iran de clarifier les doutes et les inquiétudes sur ses programmes » nucléaires, a-t-il ajouté. Le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad devait participer à l’ouverture de la Conférence à New York.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.