SDF expulsés, un membre des enfants de Don Quichotte violemment agressé

droit au logement opposable et sdf toulouseExpulsion des SDF installés dans les locaux de l’armée du Salut (Suite). Hier sur demande de l’Armée du Salut, le Préfet à expulsé le collectif SDF-sans frontières, des locaux qu’ils occupaient depuis qu’ils s’étaient mis à l’abri au cœur de l’hiver.

Conflit entre droit de propriété et droit de l’homme

Pour le collectif des enfants de Don Quichotte, “Il n’y avait aucune urgence car les locaux ont de suite étés muré, les sanitaires et les escaliers cassés, rendant insalubre un lieu jusque là bien géré par le collectif SDF Sans Frontières“.

Mais, précisent encore les défenseurs des plus faibles, “La Préfecture n’a proposée aucune solution de relogement, mettant en danger les 17 personnes jusqu’alors en sécurité dans leur local“. Pourtant les SDF Sans Frontières sont en attente de relogement suite à la constitution de leur dossier DALO respectifs.

Les Enfants de Don Quichotte et les SDF Sans Frontières, ont donc passé leur première nuit dehors.

Ce qui a eu pour don d’irriter vivement les membres du collectif qui accusent aujourd’hui “Le Préfet, garant de la sécurité des citoyens” de  “considèrer sans doute un groupe de SFD comme des citoyens de seconde zone“, et  “l’argent en jeux entre l’Armée du Salut et la SCI « les Bacheliers » étaient plus important que d’assurer le droit au logement de quelque SDF.”

Les enfant de Don Quichotte demandent au Préfet “d’appliquer la circulaire du Ministère envoyé au Préfet le 8 avril 2010, et qui lui demande demande de « …privilégient une orientation de logement adapté à sa situation personnel. ».”

ingérence sociale

Dernière minute : les SDF et les enfants de Don Quichotte se sont fait agressés par arme à feu sur le campement de la nuit, place des Bacheliers. Un Membre des Enfants de Don Quichotte voulant s’interposer aurait été violemment agressé et hospitalisé.

Le collectif inter-associations et les Enfants de Don Quichotte appelait à un rassemblement jeudi après midi sur la place du capitole, où après un rendez vous avec la Mairie ils exigent “du Préfet qu’ils reloge les SDF Sans Frontières.

Et s’il ne répond pas positivement“, conclue le communiqué du collectif “nous mettrons en action « l’ingérence sociale » revendiqué par les SDF Sans Frontières“.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.