Kirghizistan : l’ONU et l’Europe vont soutenir la transition démocratique

Au lendemain de l’accord entre le gouvernement provisoire du Kirghizistan et l’ancien Président Bakaïev qui a permis à ce dernier de quitter le pays, l’Envoyé spécial de l’ONU, Jan Kubis, a estimé que le nouveau gouvernement avait besoin d’un soutien international et a affirmé que l’ONU soutiendrait les efforts pour instaurer un gouvernement plus démocratique.

un des pays les plus pauvres au monde

Le nouveau gouvernement « a besoin d’un soutien international », a dit M. Kubis lors d’un point presse au siège de l’ONU à New York, de retour d’une mission au Kirghizistan où il avait été envoyé par le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

« Chacun doit comprendre que le Kirghizistan est un des pays les plus pauvres au monde », a-t-il ajouté précisant que « beaucoup de problèmes n’ont pas disparu avec ce changement de gouvernement ».

Les nouvelles autorités doivent renforcer leur contrôle sur tout le pays, a dit M. Kubis, qui est par ailleurs chef de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe.

« J’étais peut être le seul à parler et à avoir des contacts réguliers avec le président Bakaïev, qui était dans le sud du pays, afin de comprendre la situation et passer des messages, comme ne pas utiliser les armes, de ne pas aller à la confrontation », a-t-il ajouté.

« Ce qui est encourageant c’est que le gouvernement provisoire est pleinement conscient de la nécessité de se donner une base plus solide d’un point de vue constitutionnel et légal », a-t-il indiqué.

L’ONU et les organisations partenaires comme l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) sont prêtes à fournir leur assistance si le gouvernement provisoire le demande, a conclu l’Envoyé spécial.

Selon la presse, le Président Burmanbek Bakiev a officiellement démissionné jeudi avant de partir avec sa famille proche pour le Kazakhstan voisin. Il avait fui la capitale Bichkek le 7 avril alors que des manifestations contre la flambée des prix, la corruption et les violations des droits de l’homme avaient été violemment réprimées et s’étaient soldées par au moins 83 morts.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.