la Chine incitée à réduire ses émissions de carbone

Si les impacts négatifs des changements climatiques et la dégradation de l’environnement ne font pas l’objet de mesures appropriées en Chine, les progrès sociaux et économiques accomplis au cours des trois décennies écoulées risquent d’être inversés, selon le dernier Rapport sur le développement humain de ce pays commandé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et produit en partenariat avec l’Université Renmin de Chine.

la croissance constante du taux d’urbanisation

« La Chine se trouve à une croisée des chemins, où le modèle classique de croissance ne suffit plus à relever les défis émergents et à atténuer les pressions auxquels le pays fait face », dit Khalid Malik, coordonnateur résident des Nations Unies et représentant résident du PNUD en Chine.

« La réorientation vers un modèle de développement à faible émission de carbone est impérative, pour que la Chine puisse concilier son futur développement économique, la durabilité environnementale et la nécessité de réagir à la menace que présentent les changements climatiques ».
« La plupart des équipement consommateurs d’énergie nécessaires d’ici 2020 n’ont pas encore été construits, conclut le rapport. Le succès de l’orientation de la Chine vers un développement à faible émission de carbone sera déterminé par le choix des types d’investissements et de technologies et par les décisions organisationnelles qui interviendront dans un proche avenir. »

une augmentation massive de la demande d’énergie et des émissions de carbone

Avec la croissance constante du taux d’urbanisation, « le pays devra adopter et appliquer des normes strictes d’efficacité énergétique pour les bâtiments et les appareils électroniques, pour réduire les émissions de carbone du secteur résidentiel ».

Il devra également, ajoute le rapport, « développer vigoureusement les transports publics de manière à prévenir une augmentation massive de la demande d’énergie et des émissions de carbone dans le secteur des transports ».

Par ailleurs, « les disparités manifestes entre les diverses provinces en matière d’émissions de carbone, résultant des différences de développement économique, de structure de l’économie, de niveau de technologies et de stratégies économiques régionales, exigent des objectifs et des priorités de politiques diverses dans tout le pays ».

Le rapport estime que la Chine « n’a pas d’autre choix » que de réduire ses émissions de carbone et d’adopter des mesures à cet effet. Les auteurs considèrent qu’un tel modèle à faible émission de carbone peut être porteur de risques temporaires, tels que des pertes d’emploi, une hausse des prix et une réduction des recettes fiscales.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.