la soif d’apprendre des enfants haïtiens

Moins de trois mois après le terrible tremblement de terre qui a semé le chaos dans leur vie, de nombreux enfants ont effectué lundi leur retour à l’école dans la capitale haïtienne de Port-au-Prince, a annoncé le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

le semestre scolaire actuel sera prolongé jusqu’au mois d’août

« La demande d’éducation est très forte en Haïti. Il y a une grande soif d’apprendre, à la fois chez les enfants et les familles », a souligné Françoise Gruloos-Ackermans, Représentante de l’UNICEF en Haïti, assurant que « les familles placent l’éducation bien au-dessus de tout autre service ».

« Alors que nous continuons à aborder des problèmes qui vont de la sécurité des bâtiments scolaires à la création d’un système éducatif efficace et ouvert à tous, la journée d’aujourd’hui marque une étape importante dans la réalisation de ces objectifs, et donne une raison d’espérer aux nombreux enfants touchés par la catastrophe », a déclaré Mme Gruloos-Ackermans.

L’appel à la rentrée des classes, lancé par le ministère de l’éducation haïtien et soutenu par l’UNICEF et ses partenaires, est la première étape d’une opération qui prévoit le retour de plus de 700.000 élèves dans leur établissement d’enseignement au cours des deux prochains mois. Et ce nombre devrait encore augmenter à l’approche de la nouvelle année scolaire, en septembre.

On estime que le tremblement de terre du 12 janvier a causé la mort de quelque 38.000 élèves, de plus de 1.300 enseignants et autres personnels éducatifs, et détruit plus de 4.000 écoles, en plus du siège du ministère de l’Éducation.

Toutes les données disponibles sur l’éducation sont perdues. La scolarité de près de 3 millions d’élèves, d’après certaines estimations, a été interrompue ou a complètement cessé.

L’UNICEF et ses partenaires, en collaboration avec le gouvernement haïtien, ont fourni à ce jour 3.000 tentes-écoles, ainsi que des kits de matériel pour les élèves et les professeurs, des modules récréatifs et des fournitures scolaires pour aider les enfants dont les écoles ont été détruites, ou qui vivent dans des camps temporaires après avoir perdu leur foyer.

Une orientation rapide a été offerte aux enseignants et aux volontaires pour faire redémarrer les cours, notamment à l’aide d’un programme provisoire qui couvre les aptitudes de base nécessaires à la vie courante, un appui psychosocial et la préparation aux catastrophes.

L’UNICEF a aussi mis sept bureaux en préfabriqué à la disposition du ministère de l’Éducation, et travaille en collaboration avec le Ministère et ses partenaires afin de concevoir des écoles résistantes aux tremblements de terre, utilisant des technologies innovantes de construction, notamment des blocs de terre compressés qui respectent l’environnement.

Le gouvernement a aussi annoncé que le semestre scolaire actuel serait prolongé jusqu’au mois d’août pour donner aux enfants le temps de rattraper les classes qu’ils ont manquées à cause du tremblement de terre.

Dans les mois prochains, les priorités seront les suivantes : l’activité du secteur privé qui, en temps normal, assure la scolarité de quelque 80% des élèves inscrits, la création de mécanismes de protection sociale pour aider les familles les plus marginalisées et exclues, l’amélioration de la qualité de l’éducation, la sécurité des écoles, les possibilités d’éducation non formelle, la formation technique et professionnelle, et la participation accrue des communautés à la gestion de l’éducation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.