En Haïti les renforts de casques bleus sont des femmes

Le Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU a annoncé mardi le déploiement prochain d’un bataillon de police du Bangladesh composé à 100% de femmes au sein de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

un rôle d’exemple

« Elles seront déployées avant la fin du mois dans le cadre des renforcements que le Conseil de sécurité a autorisé en janvier 2010 après le tremblement de terre du 12 janvier », a souligné la porte-parole adjointe du Secrétaire général, Marie Okabé, lors de son point presse, à New York.

L’unité de police sera composée de 130 femmes policiers et 30 personnels de soutien. « Bien que les arrangements finaux concernant les fonctions de cette unité ne soient pas encore confirmés, il est probable qu’elle travaillera dans certains des camps de déplacés afin d’aider à les sécuriser, en partenariat avec la police nationale haïtienne », a-t-elle dit.

A l’occasion de la Journée internationale des Casques bleus célébrée le 29 mai, l’ONU avait souligné que les femmes casques bleus sont en minorité dans les missions mais jouaient un rôle d’exemple pour les femmes avec qui elles entrent en contact sur le terrain.

« En montrant à ces femmes et ces filles qu’elles sont aptes à tout, dans le domaine de la politique, de la sécurité, du maintien de l’ordre, de la médecine, du journalisme, les Casques bleus de sexe féminin peuvent servir de modèle dans le milieu local, et leur exemple est une inspiration pour les femmes et les filles vivant dans les sociétés à domination souvent masculine où elles servent », estimait l’Organisation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.