Conférence des donateurs pour Haïti : objectif reconstruire en mieux

A l’ouverture de la Conférence des donateurs pour Haïti qui se déroule mercredi au siège des Nations Unies à New York, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé la communauté internationale à apporter un soutien généreux au plan national stratégique du Président haïtien René Préval destiné à créer un « nouvel Haïti » après le séisme destructeur du 12 janvier.

Hillary Clinton, Bill Clinton et le Président haïtien René Préval,

« Je suis sûr que vous conviendrez qu’il mérite un soutien complet et généreux », a dit M. Ban dans un discours. Ce plan « est concret, précis et par-dessus tout ambitieux. Notre objectif n’est pas de rebâtir. Il s’agit de reconstruire en mieux ».

La Conférence, intitulée “Vers un nouveau futur pour Haïti”, réunit également la Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, l’Envoyé spécial de l’;ONU pour Haïti Bill Clinton et le Président haïtien René Préval, ainsi que des représentants de plus de cent pays. Elle est co-présidée par le Brésil, le Canada, l’Union européenne, la France et l’Espagne, les principaux donateurs pour le pays.

Selon les estimations du gouvernement haïtien, le séisme du 12 janvier a fait plus de 200.000 morts et affecté environ 3 millions de personnes, soit un tiers de la population. Il aurait également fait des dégâts estimé à sept milliards de dollars, soit plus de 120% du produit intérieur brut haïtien en 2009.

un besoin évalué à 3,9 milliards de dollars pour 18 mois

Le pays était déjà le plus pauvre de l’hémisphère occidental avant la catastrophe.
Le plan du gouvernement haïtien pour le relèvement et la reconstruction du pays a besoin de 3,9 milliards de dollars pour financer des projets spécifiques au cours des 18 prochains mois. Au cours des dix prochaines années, la reconstruction d’Haïti nécessitera un total de 11,5 milliards de dollars, a souligné le Secrétaire général.

« Clairement cette assistance doit être bien investie et bien coordonnée. Parallèlement à la reconstruction, elle doit fournir une aide humanitaire d’urgence : nourriture, assainissement, santé, et de façon urgente, des logements », a-t-il ajouté, rappelant que la saison des pluies approchait rapidement et que des camps de personnes déplacées sont menacés par les risques d’inondations.

M. Ban s’est dit également préoccupé par la sécurité dans certains camps, en particulier pour les femmes et les enfants.

Il a appelé à davantage de soutien à l’Appel humanitaire révisé de 1,4 milliard de dollars, qui n’a été financé qu’à hauteur de 50% pour l’instant.

Selon le Secrétaire général, la reconstruction d’Haïti suppose aussi « un gouvernement pleinement démocratique », « des politiques économiques et sociales de lutte contre l’extrême pauvreté », des « programmes qui permettent aux femmes d’assumer pleinement leurs rôles de chefs de famille, de dirigeantes d’entreprise, de décideuses ».

« Ce nouveau partenariat repose sur les principes de la bonne gouvernance, de la transparence, de la responsabilité mutuelle », a-t-il ajouté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.