15 ans de prisons pour avoir incité à tuer des Tutsis

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a confirmé jeudi la peine de 15 ans d’emprisonnement infligée au célèbre chanteur rwandais, Simon Bikindi, accusé d’incitation au génocide, et réduit la peine d’un ancien magistrat, Siméon Nchamihigo.

sur la route principale reliant Kivumu à Kayove

M. Bikindi a été reconnu coupable d’incitation directe et publique à perpétrer le génocide, notamment pour avoir exhorté la population à tuer des Tutsis sur la route principale reliant Kivumu à Kayove à la fin du mois de juin 1994.

La Chambre d’appel du TPIR a rejeté les appels interjetés par M. Bikindi et par le Procureur.

La Chambre d’appel a également réduit la peine de M. Nchamihigo qui avait été condamné en première instance à la réclusion à perpétuité. Tout en confirmant les mêmes chefs d’accusations notamment pour génocide et assassinats, la Chambre a rejeté certaines accusations réduisant ainsi sa peine à 40 ans d’emprisonnement.

M. Nchamihigo a été notamment jugé responsable d’assassinats et d’incitation au génocide de réfugies provenant du stade Kamarampaka le 16 avril 1994 et d’incitation aux crimes dans les paroisses d’Hanika et Shangi.

Les deux hommes resteront enfermés dans les prisons d’Arusha avant d’être transférés dans leur pays afin de purger leurs peines.
Basé à Arusha, dans le nord de la Tanzanie, le TPIR a pour mandat de rechercher et juger les principaux responsables présumés du génocide de 1994 qui a fait près de 800.000 morts en moins de 100 jours entre avril et juin 1994.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.