Il collectionnait les cartes d’identité

Il devait comparaitre mercredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Déjà en prison il a jugé bon de ne pas se déplacer à ce nouveau procès où il est mis en accusation pour falsification et usage de documents privés.

Déjà condamné

Les faits remontent à l’an dernier, Thierry se fait arrêter pour vol à mains armées.

Lors d’une perquisition à son domicile, la police retrouve de nombreuses pièces d’identités, de faux documents administratifs, des permis de conduire appartenant à de nombreux individus dont la carte d’identité de Mr Paul qui s’est constitué partie civile avec 14 autres victimes.

Il est donc condamné pour le vol, le faux et usage de faux documents administratifs, conduite sans permis, extorsion ou encore fausse monnaie. Au total 14 chefs d’accusations. Il en court jusqu’à 18 ans de prison.

L’accusé a fait comprendre à la cours qu’il ne viendra pas parce que « les faits qui lui sont reprochés sont liés à l’affaire du vol à mains armées pour laquelle il a déjà été jugé et dont il purge en ce moment même une peine ». Car se sont c’est faux documents qu’ils lui ont permis de se conduire de la sorte jusqu’à son arrestation pour vol.

Le lien entre Thierry et ses victimes

De nombreuses victimes ne connaissent pas directement Thierry.

C’est le cas de Paul qui croyait avoir égaré sa carte d’identité chez lui. Mais la même carte a été retrouvée lors de la perquisition.  Paul explique qu’il a, pendant un certain temps, hébergé son frère. C’est lui qui dérobe alors le document et le fournit à son ami Thierry.

Pour l’avocat de la partie civile, il ne s’agit pas de la même affaire ne voyant pas de lien entre cette affaire et celle du vol à mains armées. A cet effet Mr Paul réclame donc à l’accusé 1000 euros de dommages et intérêts.

Pour le procureur de la République, Thierry  déjà en prison doit “répondre de ses actes“. Il demande trois ans de prison ferme qui s’ajouteront à la peine du vol à mains armées. Un réquisitoire jugé trop sévère par l’avocat de l’accusé qui a rappelé que son client était déjà en prison.

Ropivia Dorothée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.