Les petits paysans asphyxiés par la filière industrielle

Les Etats et les entreprises doivent aider les petits exploitants agricoles qui souffrent de la concurrence inégale des entreprises agroalimentaires, a dit le Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, à l’occasion de la publication vendredi de son second rapport annuel.

la concentration économique excessive

« Les compagnies agroalimentaires peuvent jouer un rôle clé dans l’application du droit à l’alimentation. Mais les Etats doivent davantage soutenir les petits exploitants agricoles et pousser les entreprises à changer leurs tarifications et leurs standards », a-t-il ajouté.

Le rapport constate que le secteur de l’alimentation est dominé de manière croissante par les compagnies transnationales. Les petits agriculteurs ne sont pas en mesure de négocier avec ces grandes entreprises pour vendre leurs récoltes à des prix équitables.

« C’est cette situation qui explique pourquoi aujourd’hui les petits exploitants dans les pays en voie de développement représentent la population qui souffre le plus de la faim dans le monde », a déclaré M. De Schutter.

Pour mettre fin a ces inégalités, le Rapporteur spécial à lister une séries d’outils et de réformes que les Etats et les entreprises pourront mettre oeuvre. M. De Schutter a notamment incité les gouvernements à créer des coopératives d’agriculteurs, à mettre en place des programmes de renforcement des capacités des petits exploitants ainsi que l’instauration de primes incitatives pour commercer de manière équitable avec les petits agriculteurs.

M. De Schutter a exhorté les Etats à agir contre les pratiques injustes et la concentration économique excessive dans la chaîne de production agroalimentaire. Il a également rappelé le rôle des entreprises agroalimentaires qui « ne devraient pas contribuer directement où indirectement à la violation des droits humains dans leurs relations avec leurs fournisseurs ».

En juin 2008, 850 millions de personnes souffraient de la faim. Aujourd’hui, elles sont 1,02 milliard, estimait l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) lors de son sommet annuel en novembre 2009.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.