Alerte alimentaire en Mongolie

Des températures chutant à -50°C ont décimé 1,7 million de têtes de bétail en Mongolie, menaçant les moyens d’existence de 21.000 familles de gardiens de troupeaux exposées au risque d’insécurité alimentaire, a mis en garde mardi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

le “Dzud” phénomène météorologique extrême

Selon une évaluation rapide des besoins réalisée par la FAO sur l’impact de la catastrophe, une aide d’urgence de quelque 6 millions de dollars doit être mobilisée au cours des 3 prochains mois pour aider ces populations à passer l’hiver.

Cette vague de froid intense, avec des températures atteignant moins 40-50°C fait, fait suite à un été et un automne marqués par la sécheresse qui a détruit le fourrage servant à nourrir les animaux durant les mois d’hiver. Les Mongols appellent ce phénomène météorologique extrême Dzud.
Ce Dzud s’est traduit par des pertes colossales de bétail : 1,7 million au 31 janvier. Si les conditions actuelles persistent, le gouvernement estime que les pertes pourraient atteindre 3-4 millions de têtes de bétail d’ici le printemps.

Un tiers de la population mongole est nomade

Un tiers de la population mongole est nomade et dépend entièrement de l’élevage pour vivre. Leurs animaux – moutons, chèvres, chevaux et chameaux, ainsi que de nombreux animaux sauvages – sont en train de périr de froid, d’épuisement ou de famine. Les pertes économiques totales jusqu’à présent sont estimées à 62 millions de dollars.

Quatorze des 21 Aimags (provinces) de la Mongolie sont considérées comme gravement touchées. Selon la mission d’évaluation de la FAO, 21.000 familles d’éleveurs, chacune propriétaire de 100 à 300 têtes de bétail, ont perdu plus de 50% de leur troupeau.

Les familles touchées sont en proie à des niveaux accrus d’insécurité alimentaire et à une baisse de leurs moyens d’existence devant la chute rapide de leurs revenus en espèces et la forte hause des prix du fourrage par rapport à l’an dernier.

Faute d’une assistance dans les plus brefs délais, la pauvreté diffuse entraînera une migration de masse vers les villes dans les prochains mois.
La mission de la FAO propose une fourniture d’aliments pour animaux comme priorité absolue. En parallèle, il y a un besoin pressant de fourrage, de compléments alimentaires pour les animaux et de soins vétérinaires jusqu’à la mi-avril pour un montant de 6 millions de dollars.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.