augmentation du nombre de roquettes lancées depuis Gaza sur Israël

Malgré une intense activité diplomatique, l’impasse dans la reprise des négociations israélo-palestiniennes persiste, a souligné mercredi devant le Conseil de sécurité le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco.

faible confiance entre les parties

« Aucun progrès n’a été réalisé », a reconnu M. Fernandez-Taranco, s’inquiétant d’une faible confiance entre les parties, de désaccords sur les termes de référence pour la reprise de négociations, de tensions à Jérusalem et de conditions insoutenables à Gaza.

« Le Secrétaire général et son Envoyé spécial sont activement engagés avec les parties, les partenaires régionaux et le Quatuor pour soutenir le lancement d’un processus significatif », a-t-il dit.

« Israël peut et doit faire beaucoup plus pour restaurer la confiance par la mise en oeuvre de ses obligations sur le terrain et par un engagement sincère vers la négociation et la résolution des questions essentielles, notamment Jérusalem, dans le cadre d’un calendrier clair », a ajouté le Sous-Secrétaire général.

De même, « les Palestiniens doivent continuer à engager sérieusement, comme ils le font actuellement, un effort pour permettre la reprise des négociations », a-t-il souligné.

Tout en saluant de nouvelles mesures positives de la part d’Israël concernant la facilitation de l’activité économique en Cisjordanie, il a réitéré l’appel des Nations Unies aux autorités à mettre fin aux activités de peuplement à Jérusalem-Est.

Il a aussi fait état d’une augmentation notable du nombre de roquettes lancées depuis Gaza sur Israël, et d’une montée générale de la violence qui fragilise la situation actuelle, avec une persistance du trafic d’armes vers le territoire depuis l’Egypte, malgré les efforts persistants de cette dernière.

Enfin, il a indiqué que les violations de l’espace aérien par Israël au Liban, dans la zone couverte par la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), avaient perduré, notamment au début du mois de janvier.

Oscar Fernandez-Taranco a insisté sur la nécessité d’avancer de manière décisive vers un accord sur le statut final des territoires palestiniens, sous peine de revenir en arrière, ce qui pourrait avoir des conséquences « profondes et négatives ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.