Haïti : l’ONU veut faire travailler 200 000 haïtiens

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a insisté une nouvelle fois mercredi sur le besoin de créer des emplois pour les Haïtiens après le séisme dévastateur du 12 janvier, vantant en particulier le projet « Travail contre rémunération » du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

nettoyer les décombres

« Pour la somme modique de 5 dollars par personne et par jour, nous pouvons remettre au travail plus de 200.000 Haïtiens, qui participeront à la reconstruction d’Haïti », a dit M. Ban lors d’un point de presse au siège de l’ONU à New York.

Selon le PNUD, plus de 11.000 Haïtiens, dont 40% de femmes, sont déjà employés dans le cadre de ce programme dans sept quartiers de Port-au-Prince et aux alentours. Ils s’occupent notamment de nettoyer les décombres pour permettre un retour de l’activité économique. La priorité est donnée à ceux qui ont perdu leur maison et ceux qui ont perdu des membres de leur famille dans le séisme.

Selon le Secrétaire général, l’assistance humanitaire internationale, coordonnée par les Nations Unies, continue de faire des progrès, atteignant davantage de gens chaque jour. « Nous avons 150 centres de santé et hôpitaux qui fonctionnent à Port-au-Prince. Des banques ont commencé à rouvrir au cours du week-end », a-t-il dit.

un grand besoin de tentes

Il a toutefois estimé qu’il y avait encore beaucoup à faire et qu’il y avait notamment un grand besoin de tentes.

L’appel de fonds d’urgence de 575 millions de dollars lancé le 15 janvier a été couvert pour l’instant à hauteur de 66%. M. Ban a notamment remercié les gouvernements du Japon et d’Arabie saoudite pour leurs récentes et généreuses contributions. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), certains secteurs, tels que l’agriculture ou l’éducation, restent toutefois sous-financés.

Selon les estimations du gouvernement haïtien, le séisme qui a durement frappé la capitale Port-au-Prince a fait 150.000 morts, des dizaines de milliers de blessés et un million de personnes déplacées. Ban Ki-moon a confirmé mercredi que les Nations Unies comptaient 83 morts parmi ses employés et que 32 étaient toujours portés disparus.

Concernant la décision la semaine dernière du Conseil de sécurité d’autoriser l’envoi de 3.500 casques bleus supplémentaires en Haïti, le Secrétaire général a dit que les choses avançaient rapidement pour permettre leur déploiement. Il a remercié les pays qui ont répondu à l’appel pour fournir des militaires et des policiers.

En outre, M. Ban a estimé que la création d’un Centre conjoint des opérations était une étape importante pour coordonner de manière efficace les efforts des Nations Unies, de la communauté internationale et du gouvernement haïtien. Il a indiqué également qu’une évaluation des besoins humanitaires, dirigée par OCHA, était actuellement menée sur plus de 100 sites.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.