Conséquence de la crise, le chômage a explosé en 2009

Le nombre de sans-emploi dans le monde a atteint près de 212 millions en 2009, en raison d’une hausse sans précédent de 34 millions par rapport à 2007, avant la crise économique mondiale, révèle le Bureau international du Travail (BIT) dans son rapport annuel sur les Tendances mondiales de l’emploi.

Europe : 3 millions de chômeurs en plus en 2010 ?

S’appuyant sur les prévisions économiques du Fonds monétaire international (FMI), le BIT estime que le chômage devrait rester élevé en 2010, notamment dans les économies développées et l’Union européenne où un surcroît de 3 millions de personnes pourrait grossir les rangs des chômeurs en 2010, en se stabilisant à son niveau actuel, ou déclinant légèrement dans les autres régions du monde.

En outre, le rapport du BIT indique que le nombre de jeunes au chômage a augmenté de 10,2 millions entre 2007 et 2009, soit la plus forte hausse enregistrée depuis au moins 1991.

Le BIT fait état de grandes variations s’agissant de l’impact de la crise et du rétablissement des marchés du travail à travers les régions et les pays.
De toutes les régions du monde en 2009, ce sont l’Europe centrale et du Sud-Est (hors UE) et la Communauté des Etats indépendants (ECSE et CEI) qui ont subi le choc le plus sévère en termes de croissance économique. Ce qui s’est traduit par une augmentation du taux de chômage de 2%, passant de 8,3% en 2007 à environ 10,3% en 2009. La perspective pour 2010 est celle d’un léger recul du taux de chômage à 10,1%.

les mesures de relance coordonnées

Le rapport souligne que, même si les mesures de relance coordonnées semblent avoir évité une catastrophe économique et sociale bien plus grave, des millions de personnes de par le monde sont toujours privées d’emploi, d’allocation chômage ou de toute autre forme viable de protection sociale.
«Alors que le Forum économique mondial s’ouvre à Davos, il est clair que la priorité politique actuelle est d’éviter une reprise économique sans emplois», a déclaré le Directeur général du BIT, Juan Somavia. « La même volonté politique qui a sauvé les banques doit être appliquée pour sauver et créer les emplois et les gagne-pain. Nous pouvons y arriver grâce à une forte convergence des politiques publiques et de l’investissement privé.»

Le rapport indique également que 633 millions de travailleurs et leurs familles vivaient avec moins de 1,25 dollar par jour en 2008, avec pas moins de 215 millions d’;autres travailleurs vivant à la limite et courant le risque de tomber dans la pauvreté en 2009.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.