Nouvelles opérations militaires dans la région du Kivu en RDC

Les opérations militaires et le banditisme des groupes armés dans la province instable du Nord-Kivu à l’est de la République démocratique du Congo (RDC) ont forcé des milliers de civils à quitter leur maison ces deux derniers mois, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

150 kilomètres au nord-ouest de Goma

Depuis décembre 2009, 15.508 personnes nouvellement déplacées ont été enregistrées et ont rejoint des dizaines de sites gérés par le HCR, en quête d’abri et de sécurité. Les familles ayant fui font état d’une situation difficile et instable dans leurs villages situés dans la région ouest du Nord-Kivu, où des opérations militaires et des saccages menés par des groupes armés forcent les civils à fuir.

« Nous avons enregistré des déplacés nouvellement arrivés dans des camps situés dans et autour de Kitchanga, dans une zone s’étendant entre 50 et 150 kilomètres au nord-ouest de Goma, la capitale de cette province. Cette toute dernière vague de déplacement porte le chiffre total de la population des camps à 116.000 déplacés internes », a dit un porte-parole du HCR.

2,1 millions de déplacés internes

L’agence des Nations Unies gère actuellement 47 camps de déplacés internes dans la région. Elle estime avoir enregistré à ce jour seulement une partie de la population récemment déplacée. D’autres déplacés pourraient être hébergés au sein de familles d;accueil ou cachés dans les bois par crainte de rentrer chez eux.

Le gouvernement congolais a lancé plusieurs offensives en 2009 visant à neutraliser la milice hutue rwandaise, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Cependant d’autres milices et groupes armés tirent avantage de cette situation en attaquant des civils, en pillant des biens, en commettant des viols et en brûlant des maisons.
Selon le HCR, on compte quelque 2,1 millions de déplacés internes au total dans l’est de la RDC, où la population locale fait régulièrement état de harcèlement, d’abus des droits de l’homme, de viols et d’;ntimidations menés à l’encontre des civils.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.