Plusieurs pays asiatiques réclament une place dans les institutions financières internationales

Quinze pays d’Asie-Pacifique parmi les moins avancés au monde (PMA) ont plaidé cette semaine à Dacca au Bangladesh pour une place plus importante dans les institutions financières internationales et une attention plus large portée aux changements climatiques.

l’Afghanistan, le Bhoutan, le Cambodge, Kiribati, le Laos

« Cette réunion est un tournant pour les problèmes de développement et les défis auxquels la région Asie-Pacifique est confrontée », a déclaré Noeleen Heyzer, Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP).

Le document final, adopté après trois jours de débats consacrés à la réduction de la pauvreté et de la faim et au renforcement de la place des PMA dans le commerce mondial, souligne que les crises énergétique et financière, ainsi que les changements climatiques, ont révélé l’extrême vulnérabilité des PMA d’Asie-Pacifique aux chocs extérieurs.

La réunion de haut niveau a permis de développer une position unifiée de l’Asie-Pacifique en amont de l’examen du Programme d’Action de Bruxelles pour les PMA, qui aura lieu l’année prochaine en Turquie.

Le Programme d’Action de Bruxelles, adopté en 2001, a été défini dans le but de « faire des progrès substantiels pour réduire de moitié le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté et souffrant de la fin à l’horizon 2015, et pour promouvoir le développement durable des pays les moins avancés ».

Les pays présents à a réunion étaient l’Afghanistan, le Bhoutan, le Cambodge, Kiribati, le Laos, les Maldives, Myanmar, le Népal, les îles Salomon, Samoa, le Timor-Leste, Tuvalu, Vanuatu et le Yémen, seul PMA du Moyen-Orient. En tout, 49 pays figurent sur la liste des PMA.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.