Haïti : les 72 premières heures sont “cruciales”

Combien de morts en Haïti ? Alors que circulent des estimations invérifiables quant au bilan des victimes du séisme en Haïti, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré jeudi, qu’il faudrait sans doute plusieurs jours avant que l’on puisse avoir un ordre de grandeur à cet égard : « Je crains qu’il ne soit très élevé ».

le personnel de l’ONU sévèrement touché

En ce qui concerne la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), le bilan provisoire des victimes s’établissait jeudi midi à 22 morts et 9 blessés du côté des unités militaires et de police, 18 casques bleus étant portés disparus. La mission ne disposait pas de chiffres concernant le personnel civil, international et local, mais 150 personnes sont toujours portées disparues.

Face à l’immensité de la tragédie haïtienne, Ban Ki-moon, s’est dit réconforté toutefois par l’ampleur de la solidarité affiché de par le monde. Deux villes ont subi des destructions massives, la capitale Port-au-Prince et Jacmel au sud-ouest du pays.

Des équipes de secours américaine, chinoise, dominicaine et française sont à présent à l’oeuvre, disposant de chiens dans certains cas, pour rechercher des survivants. Les mouvements aériens sont importants, des avions apportant du matériel et des secours. La MINUSTAH a demandé l’assistance des Etats-Unis pour le contrôle aérien, la tour de contrôle étant détruite.

Rappelant que les 72 premières heures étaient cruciales dans ce genre d’événement pour retrouver des survivants et que l’on en serait à 48 heures en fin d’après-midi, M. Ban a souligné que « la priorité demeurait celle des recherches et des sauvetages. Des gens sont vivants sous les décombres et nous devons sauver autant de vies que possible. »

« Les besoins sont énormes. Les besoins sont immédiats, avant tout en fournitures médicales, nourriture, eau, tentes, pelles, équipement lourd », a précisé de son côté M. Ban.

3.000 casques bleus pour le maintien de l’ordre

Le Secrétaire général a indiqué avoir parlé jeudi matin avec l’ambassadrice des Etats-Unis aux Nations Unies, Susan Rice, pour demander au gouvernement américain de fournir des hélicoptères, des ingénieurs et des équipes médicales. Il a ajouté que l’ONU ferait des requêtes similaires à de « nombreux autres partenaires internationaux ».

Sur le terrain, les 3.000 casques bleus de la MINUSTAH assurent le maintien de l’ordre et de la sécurité. La population reste calme dans l’attente des secours, alors que la police haïtienne n’est plus opérationnelle, ont indiqué deux responsables de la Mission lors d’un point de presse depuis Port-au-Prince par téléconférence avec le siège de l’ONU. Un redéploiement des casques bleus présents dans l’île est envisagé afin d’acheminer des renforts dans la capitale depuis la ville de Gonaïves dans le Nord qui n’a subi aucun dégât.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.