le cinéaste Eric Rohmer est mort

Né Maurice Henri Joseph Schérer à Tulle en 1920 Eric Rohmer est l’un cinéaste phare de la Nouvelle Vague. Son décès a été annoncé par productrice. Une information relayée par l’AFP sur les sites du Monde et du Figaro.

Lion d’Or à Venise pour Le Rayon vert (1986)

Créateur de la Gazette du cinéma où il fait la connaissance de Jean-Luc Godard, Jacques Rivette, François Truffaut, ou encore Claude Chabrol — avec lequel il signe en 1957 un livre sur Alfred Hitchcock.

Il collabore ensuite à la rédaction des Cahiers du cinéma, dont il devient rédacteur en chef de 1957 à 1963. En 1959 il réalise son premier long-métrage intitulé “Le Signe du lion”. 24 autres longs métrages suivront.

Voici son itinéraire cinématographique présenté par l’encycléopdie en ligne Wikipedia :

La même année (1959), il entame un cycle de six films baptisé Contes Moraux. Ce sont des intrigues sentimentales sur des thèmes chers au cinéaste (l’amour et le hasard, le destin), sur un canevas commun : le choix de la femme, la tentation de l’infidélité puis le retour vers l’élue. Son style fera aussi sa marque, entre profondeur, raffinement et légèreté. Les dialogues y sont souvent sophistiqués et très littéraires. Sa direction d’acteur est assez épurée et sa mise en scène simple et efficace. Ma nuit chez Maud (1969), et Le Genou de Claire (1970, Prix Louis-Delluc) sont particulièrement remarqués.

À noter que pour des raisons de production, le troisième conte, Ma Nuit chez Maud, fut tourné en 1969 après le quatrième La Collectionneuse en 1967.

Les Comédies et Proverbes forment le deuxième grand cycle, où chaque film illustre à sa manière une phrase tirée de la sagesse populaire, inventée pour les besoins de la cause le cas échéant.

Dans cette série, Le Rayon vert (1986), film en partie improvisé obtient le Lion d’Or à Venise

Les années 1990 sont marqués par les Contes des quatre saisons, dans lesquels le cinéaste poursuit son exploration des jeux et des hasards amoureux.

Simultanément, il réalise des films hors de ses séries, comme La Marquise d’O (1976, d’après Heinrich von Kleist), Perceval le Gallois (1979, d’après Chrétien de Troyes) ou les 4 aventures de Reinette et Mirabelle (1987).

Rohmer est un exemple parfait du cinéma d’auteur à la française écrivant seul ses scénarios, qu’ils soient originaux ou adaptés d’œuvres littéraires comme La Marquise d’O (1976) ou Perceval le Gallois (1978).

Il choisit souvent de jeunes comédiens inconnus mais fait aussi appel à des acteurs confirmés comme Jean-Louis Trintignant (Ma nuit chez Maud, 1969) ou André Dussollier (Le Beau Mariage, 1982).

Éric Rohmer a révélé les comédiens Arielle Dombasle, Pascal Greggory et Fabrice Luchini.
Rohmer est resté très discret sur sa vie privée et a continué, jusqu’à sa mort, une carrière intense.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.