Changements climatiques : l’après Copenhague ouvert par de nouvelles négociations

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a eu une série d’entretiens téléphoniques avec plusieurs dirigeants, dont ceux de Chine, des Etats-Unis, du Brésil et de France, à la suite de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Copenhague.

M. Ban a également parlé au téléphone avec les dirigeants d’Ethiopie, des Maldives, de Grenade et d’Australie sur le même sujet, a précisé mercredi son porte-parole.

La semaine dernière, le Secrétaire général avait estimé que le Sommet de Copenhague, qui s’est achevé le 18 décembre, avait été « un succès » même s’il était conscient que l’accord conclu n’était pas allé « aussi loin que beaucoup l’espéraient ».

Les participants au Sommet se sont engagés à maintenir la hausse des températures au-dessous de deux degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle. L’Accord de Copenhague fixe aussi des objectifs à moyen terme en ce qui concerne les actions d’atténuation à mener aussi bien par les pays développés que par ceux en développement.

En outre, les Etats ont convenu de l’importance d’agir pour réduire les émissions provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts et l’accord prévoit de fournir un soutien global aux plus vulnérables pour qu’ils puissent faire face au changement climatique. Enfin, il s’appuie sur des moyens financiers, 30 milliards de dollars ayant été promis à l’échéance de 2012, 100 milliards étant envisagés à l’horizon 2020.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.