Les migrants trop souvent traités comme une matière première

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a estimé vendredi que les quelque 200 millions de migrants à travers le monde continuent d’être, pour beaucoup d’entre eux, victimes de violations de leurs droits et d’être traités comme une matière première.

les droits de l’enfant

« Malgré les efforts accrus de la communauté internationale, dont la société civile, pour promouvoir des conditions de migration légales, solides, équitables et humaines, les droits humains des migrants sont souvent ignorés », a dit Mme Pillay dans un message à l’occasion de la Journée internationale des migrants célébrée le 18 décembre.

La situation de migrants qui sont employés domestiques et celle des enfants sont particulièrement inquiétantes, a-t-elle ajouté. Toutes les nations, qu’elles soient d’origine ou de destination, doivent mettre en oeuvre des lois qui garantissent que les protections prévues par le droit international du travail soient étendues aux migrants qui sont employés domestiques, selon la haut-commissaire.

« Nous appelons également les gouvernements à réduire les abus commis par les agences de recrutement, à renforcer les canaux légaux de migration et à ouvrir les mécanismes judiciaires aux victimes d’abus, sans tenir compte de leur statut en termes d’immigration », a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne les enfants, Mme Pillay a appelé tous les Etats à intégrer une approche basée sur les droits de l’enfant dans les lois, les politiques et les programmes liés à la migration. Elle les appelle aussi à fournir à tous les enfants un accès à l’éducation, aux soins médicaux et à la déclaration de leur naissance.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.