Le changement climatique menace la sécurité alimentaire

« Le changement climatique est une bombe à retardement pour la sécurité alimentaire », a averti mercredi le Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, en marge du Sommet sur le changement climatique à Copenhague qui doit se conclure vendredi.

le réchauffement du climat sera ressenti de manière disproportionnée

L’expert indépendant des Nations Unies a souligné l’importance de prendre en compte les droits de l’homme, dont le droit à l’alimentation, dans toute stratégie d’atténuation du réchauffement de l’atmosphère. Il a présenté un nouveau rapport sur le sujet consultable sur le site www.srfood.org.

Il a rappelé que le réchauffement du climat serait « ressenti de manière disproportionnée » par certains pays parmi les plus pauvres et, au sein de ceux-ci, par les plus populations les vulnérables. Le respect des droits de l’homme risque d’être affecté en cas d’accord limité à Copenhague, a-t-il averti. M. De Schutter estime que l’on doit inscrire les politiques d’atténuation et d’adaptation dans le cadre des droits de la personne.

Il ne s’agit pas d’un débat théorique, a-t-il observé. Certaines initiatives, aussi bien intentionnées soient-elles, ont un impact négatif sur le droit à l’alimentation. M. De Schutter a expliqué que des populations avaient été déplacées pour permettre le reboisement ou pour développer des cultures liées aux agrocarburants.

moins gourmands en bois de chauffage

Pour le Rapporteur spécial, on doit « exploiter les synergies entre la lutte contre le changement climatique et le combat contre la faim ». Il a indiqué que certains modes de production agro-écologiques avaient non seulement permis d’augmenter la production, en améliorant les revenus des paysans tout en respectant l’environnement.

Toujours en marge de la Conférence de Copenhague, le Programme alimentaire mondial (PAM) a présenté son programme de développement de réchauds écologiques, moins gourmands en bois de chauffage. A cette occasion, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a souligné qu’outre leur intérêt écologique en matière de limitation de la déforestation, ces réchauds allégeaient considérablement la tâche astreignante et dangereuse de récolte de bois pour les femmes.

Il s’agit pour l’heure d’un projet pilote du PAM lancé en Ouganda et au Soudan. Dès l’an prochain, il bénéficiera à six millions de réfugiés, déplacés et personnes regagnant leur région d’origine dans 36 pays.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.