Les élections d’avril 2010 jugées cruciales pour la Centrafrique

Le succès des élections prévues pour avril 2010 en République centrafricaine ainsi que la mise en oeuvre effective du programme de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) vont déterminer le destin politique du pays, a déclaré mardi la Représentante spéciale du Secrétaire général en République centrafricaine, Sahle-Work Zewde, devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

l’Organisation internationale de la Francophonie

Une Commission électorale indépendante a été établie en octobre dernier et les Nations Unies ont signé un mémorandum d’accord avec le gouvernement centrafricain pour assurer une assistance au processus électoral, « un effort soutenu par l’Union européenne (UE), l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Union africaine (UA) », a relevé Mme Sahle-Worke Zewde, qui est également chef du Bureau d’appui des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BONUCA).

Elle a cependant mis en garde contre les divers facteurs susceptibles de compromettre le calendrier électoral. « Certains acteurs politiques tentent de créer un vide constitutionnel pour demander une prorogation de l’administration en place », a-t-elle dit, ajoutant que d’autres dirigeants incitaient à la haine et aux divisions. La Représentante spéciale a en outre déclaré que l’insécurité générée par les groupes armés ayant refusé de se joindre aux processus de paix, les mouvements de l’Armée de libération du Seigneur (LRA) dans certaines zones du pays et le retard pris dans la mise en oeuvre de volets du programme de DDR représentaient une menace grave à la poursuite de l’ensemble du processus de paix en République centrafricaine.

« Un échec du programme de DDR risque de compromettre le processus électoral et de déstabiliser le pays », a averti, de son côté, Jan Grauls, Président de la formation République centrafricaine de la Commission de consolidation de la paix et Représentant permanent de la Belgique auprès des Nations Unies. Toutes les conditions politiques et de sécurité préalables ne semblent pas encore en place, a estimé M. Grauls, citant les récents accrochages à Ndélé qui « témoignent de la persistance de tensions interethniques dans le nord-est » du pays, alors que, dans le nord-ouest, des embuscades exposent à des risques le déploiement d’observateurs militaires.

M. Grauls a appelé le gouvernement centrafricain à « redoubler ses efforts de dialogue et de médiation » entre les groupes ethniques et armés afin de créer « l’environnement propice » pour assurer le succès du programme de DDR qui doit « démarrer comme prévu avant la fin de l’année » et sans lequel, la tenue, « dans le calme », des élections d’avril 2010 ne pourra être envisagée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.