Grand Emprunt Sarkozy : la réaction du Secrétaire National socialiste à l’enseignement supérieur et à la recherche

Pour l’ancien responsable de sauvons la Recherche et désormais Secrétaire national du parti socialiste Bertrand Monthubert, l’emprunt présenté ce matin par le Chef de l’Etat est “Un emprunt qui masque sa vraie nature“.

la politique des vases communiquants

Pour le toulousain Bertrand Monthubert, “la logique de cet emprunt, telle qu’elle a été définie par les rapporteurs, est de venir en complément d’une politique budgétaire ambitieuse, force est de constater que Nicolas Sarkozy poursuit ses choix délétères au niveau fiscal et de sa politique générale, en particulier la politique de recherche et d’enseignement supérieur“.

Le premier axe choisi”, poursuit le responsable socialiste à l’enseignement supérieur, “est de doter une dizaine d’universités d’un capital. Mais ce capital devra être placé, ce qui revient en réalité à une augmentation budgétaire annuelle de moins de 400 millions d’euros seulement, c’est-à-dire moins que l’augmentation budgétaire annuelle courante”.

D’autre part” souligne encore l’opposant au gouvernement, “ces dotations ne garantissent aucune pérennité, comme le montrent les problèmes des universités américaines dont les ressources dépendent du capital placé, lequel a subi les dégâts de la crise financière. Par ailleurs nous avons besoin d’une politique de formation supérieure sur l’ensemble du territoire“.

La politique de communication élyséenne ne peut masquer éternellement la réalité désastreuse, qui se traduit par une baisse de l’effort de recherche en France, au contraire de nos voisins. Car Nicolas Sarkozy adopte la politique des vases communiquants : quand il annonce une hausse, c’est pour mieux masquer une baisse, ou bien recycler de l’argent déjà promis. Ainsi, le parlement est en train de supprimer 150 millions d’euros de crédits budgétaires dans la recherche et l’enseignement supérieur. Par ailleurs, on trouve dans les montants de cet emprunt 1,3 milliards d’euros qui avaient déjà été promis au moment de la ventre des titres EDF pour financer le Plan Campus. Par ailleurs, une politique se construit avec des femmes et des hommes. L’obstination du gouvernement à supprimer des emplois de fonctionnaires, confirmée par Nicolas Sarkozy ce matin, a des répercussions directes sur la baisse de l’attractivité des métiers de la recherche. L’investissement soi-disant massif dans l’enseignement supérieur et la recherche n’est qu’un mirage” a conclu le mathématicien du Parti socialiste.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.