Le cas Georges Frêche divise le Parti socialiste

Le président de la région Septimanie -Languedoc Roussillon- sera le candidat de la gauche sociale démocrate pour les prochaines élections régionales. Le parti socialiste ne devrait pas présenter de candidat et donc avaliser de facto sa candidature. Une décision qui divise ténors et militants tant le personnage ne laisse pas indifférent.

Exclu du parti socialiste par François Hollande pour des propos jugés “border line” sur l’équipe de France de football et les harkis, l’ancien maire de Montpellier et auteur d’une histoire du languedoc qui fait encore autorité, s’est pourtant assuré les soutiens suffisants dans l’appareil socialiste régional pour assurer sa prééminence.

Si Vincent Peillon l’a assuré de son soutien, mercredi matin aux micros de France Infos, Arnaud Montebourg a quant à lui, et “à titre personnel déclaré ” il me paraît indéfendable et pour tout dire inacceptable que le Parti Socialiste soutienne d’une manière directe ou indirecte la candidature de Monsieur Georges Frêche”.

Côté militants, aussi la bataille fait rage entre les pour et les farouchement contre. Sur Facebook, plusieurs militants socialistes se sont ainsi déclarés “heureux de ne pas militer en Languedoc Roussillon”.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.