Sida : Ban Ki Moon appelle à protéger les droits des séropositifs

A l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le sida célébrée chaque année le 1er décembre, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi à agir pour protéger les droits des séropositifs qui sont encore trop souvent victimes de discriminations légale, sociale et économique à travers le monde.

les prostitués, les drogués et les homosexuels

« Les politiques de lutte contre le sida qui rencontrent du succès ne punissent pas les gens, elles les protègent », a dit M. Ban dans un message à l’occasion de cette Journée.

Le Secrétaire général a dénoncé l’idéologie qui stigmatise les prostitués, les drogués et les homosexuels comme seuls responsables de la propagation du sida dans le monde. Il a insisté sur une autre réponse fondée sur des preuves réelles et a réclamé l’abrogation des législations interdisant le libre déplacement des personnes vivant avec le VIH.

D’après le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), on compte encore près de 80 pays qui continuent de pénaliser l’homosexualité dans leurs textes de lois et l’appliquent dans leurs tribunaux régulièrement. Pourtant, les Etats membres des Nations Unies se sont engagés à promouvoir un droit protecteur des personnes séropositives.

Carla Bruni-Sarkozy, ambassadrice pour la protection des mères et des enfants contre le VIH/sida

Selon Ban Ki-moon, les séropositifs peuvent incarner par leur témoignage, la dignité humaine, la santé et la prévention face au fléau du sida.

La directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a également appelé à inscrire la riposte au VIH/sida dans le respect des droits de l’homme, fondement de toute action nationale efficace et équitable face au VIH.

L’ONUSIDA, associée à l’UNESCO et au Sidaction, a lancé l’opération « Lumière pour les droits », qui prévoit l’extinction des lumières de plusieurs monuments célèbres dans le monde pendant cinq minutes pour attirer l’attention du grand public sur les droits des personnes frappées par l’épidémie du sida. La Tour Eiffel à Paris, l’Empire State Building et le pont de Brooklyn à New York, se sont ainsi éteints mardi.

Pour sa part, la Première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy, ambassadrice pour la protection des mères et des enfants contre le VIH/sida du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, a insisté sur les efforts nécessaires pour protéger et informer la jeunesse sur cette pandémie. Elle a aussi renouvelé son appel pour éliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant d’ici 2015.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.