Crises climatiques et Alimentaires intimement liées

Devant les hauts représentants réunis à Rome pour le sommet mondial sur la sécurité alimentaire le secrétaire général de l’ONU a souligné le lien entre les crises alimentaire et climatique.

quelles modalités pour vaincre la faim

“Si les glaciers de l’Himalaya fondent, cela affectera les moyens d’existence et la survie de 300 millions de personnes en Chine et jusqu’à un milliard de personnes à travers l’Asie”, a-t-il dit.

Il a plaidé pour un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre lors du Sommet sur le changement climatique à Copenhague en décembre. Lors d’une conférence de presse après son discours, M. Ban a déclaré qu’il restait optimiste : « Je me bats pour un véritable accord à Copenhague, un accord qui ouvre la voie à un traité contraignant sur le climat ».

Pour sa part, le directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Jacques Diouf, a souligné la double nécessité de produire les denrées alimentaires là où vivent les pauvres et les affamés et de doper les investissements en agriculture dans ces mêmes régions. “Dans certains pays développés, 2 à 4% de la population sont capables de produire assez de denrées alimentaires pour nourrir le pays tout entier et même d’exporter, alors que dans la majorité des pays en développement, 60 à 80% de la population ne sont pas capables de subvenir aux besoins alimentaires du pays”, a-t-il dit.

La planète peut nourrir tous ses habitants à condition que les décisions prises soient respectées et que les ressources requises soient effectivement mobilisées, a encore déclaré le directeur général de la FAO, qui a renouvelé son appel pour une augmentation de la part de l’agriculture dans l’aide publique au développement, de plus grandes allocations budgétaires à l’agriculture dans les pays en développement, et des incitations aux investissements privés.

“Au cours des cinq dernières années, plusieurs pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie ont réussi à réduire sensiblement le nombre de personnes sous-alimentées sur leur territoire. Cela signifie que nous savons ce qu’il faut faire et selon quelles modalités pour vaincre la faim”, a-t-il affirmé.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a appelé les gens ordinaires à soutenir la campagne sur Internet intitulée « Milliard pour un milliard ». Cette campagne est destinée à créer un lien entre les « connectés » et les affamés et à montrer comment de petits dons peuvent faire une énorme différence.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.