Le cas du Népal devant le Conseil de sécurité des Nations Unies

Les engagements de base pris dans le cadre du processus de paix au Népal n’ont toujours pas été mis en oeuvre, ce qui est vivement préoccupant, selon le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié ce week-end.

réforme foncière et restructuration de l’Etat

« La persistance de la méfiance entre les parties, qui consacrent la majeure partie de leur énergie à la politique au jour le jour et à des questions internes, les empêche de faire preuve de souplesse dans les négociations », écrit M. Ban dans ce rapport remis au Conseil de sécurité.

Selon lui, le principal résultat obtenu jusqu’à présent à été l’élection d’une Assemblée constituante représentative dont la tâche essentielle est de rédiger une nouvelle constitution qui doit être promulguée au plus tard le 28 mai 2010. Toutefois, l’Assemblée n’a jusqu’à présent examiné qu’à peine plus de la moitié des documents thématiques, et le calendrier général de ses travaux a été révisé pour la sixième fois.

l’armée maoïste

Le Secrétaire général exhorte les parties à consacrer davantage d’énergie, au sein de l’Assemblée constituante et d’autres instances, à l’examen des questions considérées comme les causes profondes du conflit, notamment la restructuration de l’État, la réforme foncière et d’autres questions socioéconomiques.

D’après lui, la reprise de la démobilisation des personnels de l’armée maoïste disqualifiés et l’engagement pris par le gouvernement et les maoïstes à ce sujet devraient bien augurer de la poursuite du processus de paix après des mois d’incertitude. Il est toutefois encore trop tôt pour affirmer que cette initiative sera un succès et il est donc essentiel que le gouvernement, le PCNU-M et l’armée maoïste poursuivent leur coopération et s’acquittent le plus tôt possible de cet engagement pris de longue date, estime le Secrétaire général.

Il juge également que, compte tenu de la nécessité de ramener les effectifs de l’armée népalaise à une taille appropriée et de l’accroissement très sensible prévu d’autres forces de sécurité, il est temps d’adopter une stratégie générale pour ce secteur.
Il demande aussi à toutes les parties de trouver un consensus au sujet de ce qu’il convient de faire s’agissant des personnels de l’armée maoïste, étant donné que cette question est un des éléments clefs du processus de paix.

Selon lui, une tâche considérable attend les parties népalaises au cours des deux mois et demi à venir. La Mission des Nations Unies au Népal (MINUNEP), et l’ONU d’une manière générale, se tiennent prêtes à les aider à s’acquitter des engagements pris dans le cadre du processus de paix, conclut-il.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.