Claude Levi Strauss est décédé

C’est l’un des derniers géants du XXe siècle qui a tiré sa révérence dimanche 1er novembre 2009. Le père de l’ethnologie moderne est décédé à l’âge de 101 ans. Voici un résumé de sa biographie présentée par Wikipedia.

Claude Lévi-Strauss, né le 28 novembre 1908 à Bruxelles et mort le 1er novembre 2009, était un anthropologue et ethnologue français qui a exercé une influence décisive sur les sciences humaines dans la seconde moitié du XXe siècle en étant notamment l’une des figures fondatrices de la pensée structuraliste.

mythes et peuples premiers

Professeur honoraire au Collège de France, il en a occupé la chaire d’anthropologie sociale de 1959 à 1982. Il était également membre de l’Académie française dont il était devenu le premier centenaire.

Depuis ses premiers travaux sur les Indiens du Brésil, qu’il avait étudiés sur le terrain entre 1935 et 1939, et la publication de sa thèse Les Structures élémentaires de la parenté en 1949, il a produit une œuvre scientifique dont les apports ont été reconnus au plan international. Il a ainsi consacré une tétralogie, les Mythologiques, à l’étude des mythes.

Mais il a également publié des ouvrages qui sortent du strict cadre des études académiques, dont le plus célèbre, Tristes Tropiques, publié en 1955, l’a fait connaître et apprécier d’un vaste cercle de lecteurs. Avec la publication de son recueil d’Anthropologie structurale en 1958, il jette les bases de son travail théorique en matière d’étude des peuples premiers et de leurs mythes.

Claude Lévi-Strauss a appliqué à l’anthropologie l’analyse structurale exploitée dans le domaine linguistique par Ferdinand de Saussure puis Roman Jakobson. L’anthropologie prenait traditionnellement comme objet fondamental de son étude la famille, considérée comme une unité autonome composée d’un mari, d’une femme et de leurs enfants, et tenait pour secondaires les neveux, cousins, oncles, tantes et grands-parents. Lévi-Strauss estime que, de manière analogue à la « valeur linguistique » chez Saussure, les familles n’acquièrent des identités déterminées que par les relations qu’elles entretiennent les unes avec les autres. Il renverse ainsi le point de vue traditionnel de l’anthropologie en mettant en premier les membres secondaires de la famille et en centrant son analyse sur les relations entre les unités plutôt que sur les unités elles-mêmes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.