Biens mal acquis des chefs d’État africains : rejet de la plainte

Ce jeudi 29 octobre, la cours d’appel de Paris à rejeté la plainte visant 3 chefs d’États africains et les biens mal acquis.

La cour d’appel de Paris confirme la décision du parquet et décide donc de ne pas ouvrir d’enquête sur les biens immobiliers en France des présidents Denis Sassou Nguesso du Congo, Théodoro Obiang Nguéma de la Guinée Équatoriale et feu Omar Bongo du Gabon décédé en juin dernier.

recel de détournement de fonds publics

A l’origine de cette plainte deux ONG Transparence international et Sherpa, qui estiment que ces biens aurait été acquis grâce au recel de détournement de fonds publics mais aussi comme blanchiment. Maitre William Bourdon avocat de Transparence international s’est insurgé contre cette annonce « Aujourd’hui c’est champagne pour l’association des malfaiteurs franco-africaine qui organise les pires profits de pillage des deniers publics africains. » a t-il ajouté.Pour la représentante de Sherpa Maud Perdrière-Vaissière c’est un gros coup sur la tête, mais il s’agit d’une péripétie dans une bataille judiciaire qui sera longue a-telle confié dans les colonnes du nouvelobs.com.

Transparence international avait déposé une plainte le 2 décembre 2008 contre ces trois chefs d’États africains pour recel de détournement de fonds publics. En cause, les propriétés immobilières de ces présidents et leurs familles mais aussi des voitures et des comptes bancaires douteux. Des biens s’élevant à plusieurs millions d’euros seulement en France. Le 20 avril dernier, le parquet de Paris s’était opposé à l’ouverture d’une information judiciaire sur les biens en France des présidents du Gabon, de la Guinée Équatoriale et du Congo. Mais le 5 mai dernier la doyenne des juges d’instruction Françoise Desset avait jugé la plainte de Transparence internationale recevable. Le parquet avait fait appel pour s’opposer à une information judiciaire concernant cette affaire.

Les deux ONG entendent se pourvoir en cassation face à cette décision qui leur paraît juridiquement contestable.

Dorothée Ropivia.

Articles Récents

Lourdes, mère et fils associés dans un trafic de drogue

Lourdes, mère et fils associés dans un trafic de drogue

A l'issue d'un banal contrôle routier, la police nationale des Hautes Pyrénées a démantelé un réseau de drogue à Lourdes.…

2 juin 2021
Toulouse – L’Établissement français du sang lance un appel d’urgence à la mobilisation

Toulouse – L’Établissement français du sang lance un appel d’urgence à la mobilisation

Après les jours fériés de mai qui ont causé une baisse importante des réserves de sang, l’EFS constate avec le…

2 juin 2021
Covid19 – sur le front des variants

Covid19 – sur le front des variants

Covid-19 : le variant indien menace le déconfinement du Royaume-Uni. Le gouvernement britannique fait face à de vives critiques mardi…

2 juin 2021
Toulouse – 2 opérations de vaccination exceptionnelles à Reynerie et Bagatelle

Toulouse – 2 opérations de vaccination exceptionnelles à Reynerie et Bagatelle

En parallèle de la campagne de vaccination massive menée sur l'ensemble du territoire pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, la…

1 juin 2021
Cahors, Saint-Cirq-Lapopie, ce que Macron va faire dans le Lot

Cahors, Saint-Cirq-Lapopie, ce que Macron va faire dans le Lot

A quelques jours du premier tour des élections régionales et départementales, le chef de l'Etat Emmanuel Macron se rendra pendant…

1 juin 2021
Occitanie : forte croissance de la filière photovoltaïque

Occitanie : forte croissance de la filière photovoltaïque

La Chambre de Commerce et d'Industrie d'Occitanie vient de publier des données prospectives de la filière photovoltaïques, elles sont très…

1 juin 2021