Après la mort de Brice Taton, le Conseil de l’Europe va lutter contre le hooliganisme en Serbie

Organisé par l’APES (Accord partiel élargi sur le Sport) du Conseil de l’Europe et le ministère de la Jeunesse et du Sport de la République de Serbie une conférence internationale se tiendra la semaine prochaine à Belgrade pour réfléchir sur la violence des supporters. Un forum particulièrement bien venu après l’agression dont avaient été victimes des supporters toulousains lors du déplacement du Toulouse Football Club à Belgrade dans le cadre de l’Europa ligue. Le décès du jeune toulousain Brice Taton avait alors ému toute la planète football. Et l’ambassadeur de Serbie en France était même venu assister aux obsèques du supporter toulousain.

Malheureusement un acte non isolé et une véritable plaie pour l’ex Yougoslavie. Actuellement, les phénomènes de racisme et de violence gagnent de plus en plus du terrain dans le sport. Le dernier incident a eu lieu le 4 octobre en Bosnie-Herzégovine, où un supporter a été tué et 22 personnes blessées dans des échauffourées avant un match entre Sarajevo et Siroki Brijeg.

La conférence internationale à portée européenne vise donc à “Lutter contre le racisme et la violence grâce à la diversité dans le sport”.

Avec une telle initiative, le Conseil de l’Europe entend élaborer “des stratégies communes pour proposer des mesures destinées à prévenir ces épisodes de violence“.

Cette rencontre à laquelle participeront Jean-Claude Mbvoumin, Président de «Culture Foot Solidaire», ancien footballeur du Cameroun et surtout la star serbe Aleksandar Djordjevic, ancien champion de basket-ball travaillera notamment sur le renforcement des politiques éducatives et la promotion du dialogue.

Emanation du Conseil de l’Europe, l’Accord partiel élargi sur le sport (APES)  offre une tribune pour un dialogue de haut niveau sur des questions de politique liées au sport entre les pouvoirs publics, le mouvement sportif et des organisations actives dans ce domaine en Europe. Ouvert à la participation d’ONG au côté de représentants de gouvernements et du mouvement sportif, l’APES entend donner une dimension nouvelle et une plus grande envergure à la réflexion qui sous-tend les politiques du sport élaborées par les organes institutionnels du sport en Europe. L’APES compte 32 Etats membres et a doublé le nombre de ces derniers depuis sa création en mai 2007.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.