Ivre, il renverse ses deux amis : 3 mois de prison avec sursis

Le 12 septembre dernier, Mickaël 23 ans a percuté deux de ses amis avec sa voiture. L’un s’en sortira avec un tibia cassé, l’autre souffre d’une fracture de la hanche et d’une commotion à la tête. Le médecin qui a examiné ce dernier explique qu’il aura sans doute des séquelles à vie.

prouver ses talents de pilote

Les trois garçons sortaient d’une soirée où ils étaient venus ensemble, et tous étaient imbibés d’alcool.

Quand la police est arrivée sur les lieux, le contrôle a révélé chez le jeune homme un taux d’alcoolémie de 1,84 gramme par litre de sang. Placé en cellule de dégrisement, ce n’est que 18 heures plus tard qu’il a pu faire sa déposition.

Mickaël explique alors que les trois compères n’étaient pas du tout en froid, mais que sur le parking d’une célèbre discothèque toulousaine, les choses avaient dégénérées.

C’est en voulant « prouver ses talents de pilote » qu’il était monté dans son véhicule et avait commencé à faire des dérapages au frein à main. Entre temps, les deux amis restés à l’extérieur pour le voir exécuter ses prouesses se sont déplacés au point de sortir du champ de vision du conducteur. « Le parking était mal éclairé, et ils étaient habillés avec des vêtements sombres. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils se trouvent là », explique l’inculpé « Je les ai vus au dernier moment, et j’ai pu freiner un maximum, mais trop tard ».

La version des victimes n’est pas différente de celle de l’accusé, mais ils apportent une précision supplémentaire au procès : « On regrette de n’avoir rien fait pour l’empêcher de prendre le volant ». L’avocat de la défense a insisté sur le fait que le geste n’était pas intentionnel et que son client a tout fait pour ralentir dès qu’il a vu le danger. Mais le procureur entendait bien « faire comprendre à tous les automobilistes qu’il existe des lieux et règles de sécurités pour pratiquer ce genre d’acrobaties ».

Mickaël a été condamné à 3 mois de prison avec sursis, 2000€ d’amende et à verser 3000€ à titre de dommages et intérêts à ses victimes. A la sortie du tribunal, l’un deux expliquera : «Je ne peux pas vraiment lui en vouloir, je sais qu’il n’a pas fait ça délibérément. Mais il fallait quand même une sanction pour qu’il comprenne son erreur. Notre histoire doit servir d’exemple aux autres jeunes qui ne pensent qu’à s’amuser. »

Walid Hamadi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.