Nucléaire en Iran : c’est à l’Iran d’apporter la preuve de son caractère civil affirme l’ONU

La charge de la preuve de la nature civile de son programme nucléaire revient à l’Iran, a rappelé mardi le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lors d’une conférence de presse à New York.

« J’ai signalé à l’Iran que ses nouvelles installations étaient contraires aux résolutions du Conseil de sécurité », a déclaré le Secrétaire général.

« L’Iran aurait dû informer l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) il y a longtemps [de l’existence de nouvelles installations nucléaires], pas juste avant que tout ne soit terminé, voilà la question que je soulève », a dit Ban Ki-moon.

« Je sais que l’Iran a informé l’AIEA par lettre du 21 septembre, mais que s’est-il passé avant cette date ? En conséquence, c’est vraiment une question de transparence », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général, qui devait rencontrer mardi après-midi le ministre des Affaires étrangères de l’Iran, a indiqué que Téhéran l’avait assuré « être prêt à accepter les inspections de l’AIEA ».

L’AIEA a confirmé vendredi dernier avoir été informée le 21 septembre par l’Iran dans une lettre qu’une nouvelle centrale pilote d’enrichissement de l’uranium était en construction dans le pays. La lettre indique que le niveau d’enrichissement s’élèverait jusqu’à 5%. En réponse, l’AIEA a demandé à l’Iran de fournir des informations spécifiques et un accès à cette installation dès que possible.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.