Génocide au Rwanda : un responsable politique plaide coupable

L’ancien maire de la ville rwandaise de Kivuma, Grégoire Ndahimana, a plaidé lundi non coupable des charges de génocide devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Grégoire Ndahimana, citoyen rwandais et figure emblématique des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), avait été arrêté dans l’est de la République démocratique du Congo par l’armée congolaise le 10 août dernier. Il figurait parmi les 13 fugitifs inculpés par le TPIR pour avoir commis des violations graves du droit international humanitaire au Rwanda en 1994. Il a été transféré le 20 septembre 2009 au TPIR.

Selon la presse, Grégoire Ndahimana est l’ancien maire de Kivuma, au Rwanda, où la plupart des 6.000 habitants Tutsis ont été massacrés pendant le génocide en 1994. Il a été inculpé par le TPIR pour génocide, notamment pour avoir orchestré avec le prêtre catholique Athanase Seromba le massacre de près de 2.000 Tutsis réfugiés dans une église, qui a été rasée au bulldozer.

Le TPIR a par ailleurs entendu lundi des plaidoiries orales dans l’appel de Protais Zigiranyirazo, condamné pour génocide en décembre 2008. L’accusé, un ancien membre de haut niveau du parlement, est le beau-frère de feu le président rwandais Juvénal Habyarimana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.